Kongo central:dangéreuse prise en charge partielle des zones de santé sur le VIH Sida.

Kongo central:dangéreuse prise en charge partielle des zones de santé sur le VIH Sida.

Le Programme national multisectoriel de lutte contre le sida (PNMLS), secrétariat exécutif provincial, a présenté sa revue annuelle des activités 2018 sur la riposte contre le VIH/SIDA chez les adolescents et jeunes du Kongo Central. Faute de partenaires, toutes les zones de santé ne sont pas prises en charge. Ce qui ne permet pas la bonne prise en charge de cette pandémie.

Sur les 31 zones de santé que compte le Kongo Central, neuf seulement sont concernées par ce programme de prise en charge sur la mobilisation des jeunes et adolescents dans la lutte contre VIH/SIDA. Il s’agit de : Matadi, Nzanza, Boma, Seke- Banza, Kizu, Muanda, Kisantu et Mbanza- Ngungu. ‘’ Lorsqu’on avait commencé le programme de riposte contre le VIH/SIDA chez les jeunes et adolescents en 2016, il concerné seulement sept zones. Aujourd’hui, nous sommes allés jusqu’à neuf, mais c’est toujours insignifiant’,’ se lamente JD Kanakaro, agent au PNMLS/KC. Seul l’Unicef qui appui financièrement et techniquement ce programme de lutte contre le sida chez les jeunes et adolescents. ‘’ Nous sommes à la recherche d’autres partenaires, cela va nous permettre de couvrir toutes les 31 zones de santé ‘,’signale Isidore Mabiala, secrétaire exécutif provincial du PNMLS/ Kongo Central. Un constat a été fait démontrant noir sur blanc que les nouvelles infections au VIH et les décès liés au VIH/SIDA diminuent dans toutes les tranches d’âge sauf dans la tranche d’âge de 10 à 19 ans celle, qui comprend les jeunes et adolescents. Une initiative dénommée all in (tous ensemble) a été mise en place, pour conscientiser les jeunes sur le Sida. ‘’ Il est de bonne guerre que la sensibilisation se fasse entre eux les jeunes avec le système des pairs éducateurs, parce qu’ils auront des choses à se dire’’, estime Gate Makindu, médecin chef de zone de santé de Matadi. Sur les neuf zones de santé concernées par le programme seules Nzanza, Matadi à Matadi et Boma ont une couverture totale et les six autres ont une couverture partielle. ‘’ Vous vous rendez compte le problème est loin d’être réglé même avec le peu là que nous avions, l’impasse est totale d’où la présence des partenaires s’avère indispensable ‘’, revient à la charge Isidore Mabiala.
Selon ses estimations l’Unicef veut ramener à 15 le nombre des zones de santé qui seront appuyées totalement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.