RDC: laboratoire, maillon faible de la lutte contre le VIH Sida

RDC:  laboratoire, maillon faible de la lutte contre le VIH Sida

La plus grande difficulté du Programme national de lutte contre le sida(PNLS) et les IST est l’approvisionnement en intrants et outils techniques. Il s’agit de l’indisponibilité de tests du VIH et de réactifs de charges virales.
La faiblesse du plateau technique est donc le principal goulot d’étranglement décelé au cours de la revue annuelle sur le VIH/SIDA et les IST, clôturée à Matadi ce 29avril.

Les quatre jours de la réunion
interne du PNLS et ses partenaires techniques et financiers, ont en effet permis d’évaluer les performances de l’exercice précédent dans l’atteinte de trois 90 d’ici à 2021, d’identifier les principaux obstacles et d’élaborer un plan de redressement de problèmes décelés pour la riposte en 2019.
La RDC s’est engagé à contrôler l’épidémie du Sida d’ici à 2021 conformément aux objectifs lui assignés par l’OMS et l’ONUSIDA. Cela passe par les trois 90: 90% des patients vivant avec le VIH connaissent leur statut; 90% des Personnes vivant avec le VIH(PVV) mises sous traitement antirétroviral et 90% de PVV avec charge virale supprimée.
« Pour les deux premiers 90, le pays a réalisé des avancées significatives grâce notamment aux approches novatrices dont le dépistage ciblé », se félicitent le PNLS et ses partenaires. Le troisième 90 traîne encore le pas: » les conclusions de cette revue indiquent que moins de 40% des PVV ont une charge virale supprimée. Une telle couverture de suppression de la charge virale n’est pas efficace pour contribuer à la prévention du VIH. Il faut atteindre au moins 73% des PVV avec charge virale supprimée pour espérer une réduction de la transmission du VIH ».

Améliorer le plateau technique

« Il faut donc aller plus loin dans la réalisation du suivi biologique et cela nécessite un regard particulier sur le laboratoire; il faut améliorer le plateau technique recommandent les 120 participants qui ont formulé en somme 16 recommandations pour poursuivre et intensifier la lutte dans la perspective d’atteinte des objectifs du millénaire, dont le triple zéro d’ici à 2030. Zéro nouvelles infections dûes au VIH, zéro décès dûs au VIH et zéro discrimination et stigmatisation dûes au VIH.

Mobiliser les fonds domestiques

 » Que le gouvernement de la République mette la main dans la poche pour fournir le matériel nécessaire à la réalisation de la charge virale et le diagnostic précoce pour les bébés mais également fournir des intrants pour améliorer et réaliser les examens »,plaide Dr Luc Ferdinand Kabamba. « Il faut davantage mobiliser des fonds domestiques », suggèrent les partenaires techniques et financiers, 11 organismes du système de l’ONU et d’autres. Florian Masaki,ministre provincial de la Santé conclut: « Je m’engage et le gouvernement provincial à nous impliquer davantage pour que les interventions inscrites dans le plan provincial en rapport avec la lutte soient réellement financées et décaissées jusqu’en 2021 et 2030. »

Par Papy Matumpa

Leave a Reply

Your email address will not be published.