Kongo central:des habitants boivent une infusion aux graines de chanvre contre les douleurs laissés par le chikungunya

Kongo central:des habitants boivent une infusion aux graines de chanvre contre les douleurs laissés par le chikungunya

Ils sont guéris du chikungunya mais les douleurs articulaires ne les quittent pas.Trouvaille des habitants de Matadi: une infusion aux graines du chanvre.Cette tisane tient-elle ses promesses?

La cinquantaine révolue Anna N.,une habitante de ciné-palace à Matadi balaie la cour de sa maison. Il y a une semaine,elle ne pouvait même pas tenir un balai.Elle avait mal notamment aux poignets. « Je prends depuis une semaine une cure d’infusion des graines de chanvre à raison de deux verres matin-soir.Cela m’a soulagé »,témoigne-t-elle. Depuis février,elle a souffert de chikungunya,maladie virale qui fait fureur à Kasangulu et à Matadi au Kongo central. Les douleurs articulaires sont parmi les séquelles que laissent cette maladie. Muscles plus,friction des pommades…font partie des traitements tentés par les habitants. Face à la persistance des arthroses,ils expérimentent une décoction à partir des graines de chanvre. « Plusieurs connaissances m’ont vanté ses vertues,j’ai expérimenté,ça marche »,rassure-t-elle. Cette femme, surnommée par un de ses voisins »Docteur » à cause de sa propension à l’automédication a « prescrit » à son fils de 18 ans cette infusion. « J’en ai pris deux fois puis j’ai abandonné sans que maman le sache car,je n’y crois pas trop »,se rebiffe Alain B.

Précieux chènevis

Depuis cette découverte,le chènevis est recherché par des habitants qui ont souffert du chikungunya. Les tenanciers des fumoirs en font un commerce. « Je reçois entre 10 à 15 personnes chaque jour qui viennent s’en procurer. Vous voyez,le chanvre est un médicament »,soutient un aveugle, tenancier d’un fumoir au quartier Kitomesa en commune de Nzanza.
Mais les professionnels de santé sont catégoriques. « Il n’y a aucun lien entre ses décoctions et le chikungunya, même pas avec ces arthroses.Au contraire,ces consommateurs s’exposent à l’intoxication »,avertit Dr Goethe Makindu,médecin chef de zone de santé de Matadi. A l’hôpital provincial de référence de Kinkanda,il est déjà enregistré des patients qui souffrent de perforation gastrique. « Il faut éviter l’automédication car,il est probable que nous recevions les jours à venir des malades qui souffrent d’insuffisance rénale à cause surtout de l’usage abusive des anti-inflammatoires »,présage Dr Georges Baka,médecin directeur intérimaire de cette formation médicale. Selon le site www.inserm.fr les douleurs articulaires peuvent durer pendant deux ans.

Leave a Reply

Your email address will not be published.