Kongo central: »Nous partons avec des arriérés de salaire,sans indemnités de sortie mais la tête haute »

Kongo central: »Nous partons avec des arriérés de salaire,sans indemnités de sortie mais la tête haute »

Il était porte-parole du gouvernement, ministre de la Justice, droits humains, travail et prévoyance sociale. Jean-Bosco Khonde quitte le gouvernement provincial. Les contraintes de l’élection du gouverneur n’ont pas permis à huit de dix membres de l’ancienne équipe d’être reconduits. Son au revoir est poignant.
Des conseils à ses successeurs, des hochements de tête, une tristesse refoulée des collaborateurs, des accolades, un bilan positif brossé, des remerciements et félicitations.

Photo Infobascongo

Ces différents tableaux cristallisent la cérémonie de remise reprises au cabinet de Jean-Bosco Khonde. Le premier à qui il cède le fauteuil est Edouard Samba. ce dernier récupère la Justice, droits humains et devient le porte-parole du gouvernement. Il peut dorénavant gérer 40 millions de francs congolais (24 800$) que son prédécesseur laisse en banque en faveur des prisonniers, des vivres et des non vivres. ‘’Ce compte était au rouge. Et, quand en août 2018 je suis nommé ministre, dix prisonniers mourraient chaque mois. J’ai pris les choses en main en assurant une alimentation régulière des détenus et prisonniers. J’ai même suspendu le directeur de la prison. Depuis, il y a moins de morts et cette fin mai 2019, il n’y a eu qu’un seul mort’’, se réjouit Khonde. Il a invité son successeur à continuer sur la même lancée car, ‘‘les prisons ne doivent pas être des mouroirs’’.

A Nestor Mandiangu qui hérite du travail, il lui avoue que c’est un portefeuille délicat. Il a été face à plusieurs tentatives de corruption de la part de certains employeurs. Mais, il a résisté. ‘’Beaucoup de travailleurs sont licenciés abusivement. Des employeurs qui n’ont pas de considération pour nos compatriotes tenteront de vous corrompre avec du riz, du poulet…que pourtant, vous pouvez acheter avec votre salaire de ministre. Mettez-vous du côté des faibles, lui conseille-t-il. C’est tout ce que nous avons fait.’’ Dans ce secteur, son ministère a résolu plusieurs conflits.
Aux deux ministres, il leur a demandé de consentir des sacrifices : ‘’ Ce n’est toujours pas le miel comme le pense les gens. Nous n’avons pas eu même une petite moto pour aller au service. Mes collaborateurs venaient parfois à pied parce qu’lls manquaient 500 FC. Mais, ils ont respecté ma consigne de ne jamais quémander pour ne pas se mettre en position de faiblesse. Le piège, c’est la corruption. Nous partons avec des arriérés de salaire, sans indemnités de sortie mais nous allons la tête haute.’’
Remerciements
Cette remise reprise fait suite à la formation du nouveau gouvernement au terme de l’élection du gouverneur et vice-gouverneur. ‘’Je remercie de tout cœur le gouverneur Atou Matubuana qui m’a accepté comme collaborateur, mon mentor le conseiller spécial du chef de l’Etat Luzolo Bambi qui nous a appris à résister contre la corruption, mes collaborateurs et je félicite mes successeurs’’, dit-il avec sourire. Les deux ministres l’ont remercié pour « ces précieux conseils.
Mais plusieurs personnes se posent des questions sur son avenir. Il répond avec fierté :’’Je rentre à la présidence de la République reprendre les fonctions de conseiller principal chargé des opérations du conseiller spécial du chef de l’Etat en charge de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption, blanchiment des capitaux. Je reprends la lutte contre la corruption grâce à laquelle le président Félix Tshisekedi pourra réussir son mandat pour ramener les 15 milliards de dollars que chaque année l’Etat perd.’’
Sur ces entrefaites, Jean-Bosco Khonde quitte son bureau, avec lui ses collaborateurs. Sur le perron de son ancien cabinet, une dernière photo illustrera à jamais cette famille qu’ils ont constituée en dix mois.

Leave a Reply

Your email address will not be published.