Kongo central:indésirables péages entre Matadi et Boma

Kongo central:indésirables péages entre Matadi et Boma

Prévue pour ce samedi 1er juin, elle n’aura finalement plus lieu. L’installation des postes de péage de Nsanda et Manterne sur la route nationale n°1, entre Matadi et Boma, a été suspendue par Atou Matubuana,le gouverneur.

Ce matin du premier jour de juin, poste de péage de Nsanda à 25 Km de Matadi! Des véhicules, immobilisés de part et d’autres, sont visibles à perte de vue. Leurs occupants, conducteurs et passagers, refusent de franchir le poste de péage. Avec les habitants de Nsanda, ils scandent: » lelo, lelo ibeba ehh (ça va barder aujourd’hui, Ndlr). Ils expriment ainsi leur ras le bol au ministre provincial de la Justice Édouard Samba, représentant son collègue de l’intérieur et Guylain Phanzu,des Travaux publics et infrastructures, tous deux émissaires du gouverneur de province. « Que le gouvernement national supprime carrément ces postes », râle un chauffeur de taxi, visiblement excédé. Il ajoute: » c’en est trop! Combien gagnons-nous pour débourser en tout 16650fc(10$) en aller simple entre les deux villes? Soient 5000fc(3$)au parking, 4150fc(2,8$) au pont Maréchal, 2000fc(1,2$) au poste de la Police de circulation routière (PCR) Boko II, 1000fc au poste PCR Bifurcation Nsanda, 1000fc au poste PCR Manterne et 1500fc au Km 15 à Boma. Ajouter 2 000 fc pour ces nouveaux postes est suicidaire », se plaint-il.
Ces chauffeurs ainsi que d’autres alimentent les marchés de Matadi avec les denrées alimentaires des paysans qu’ils transportent.  » Si ces postes ne sont pas supprimés, nous serons obligés d’augmenter le prix de la course et par ricochet, les prix de denrées alimentaires seront impactés », menace un autre chauffeur.

Péage suspendu

Les menaces des conducteurs sont pris au sérieux.  » Le gouverneur de province nous a délégués pour avoir les désidérata de la population afin de les transmettre aux autorités compétentes. Mais déjà, il nous a instruits pour que ces postes de péage ne fonctionnent plus. C’est ce qui est fait », annonce Guylain Phanzu. Atou Matubuana privilégie ainsi l’intérêt supérieur de la population comme pour rencontrer la vision du chef de l’État Félix Tshisekedi, celle du peuple d’abord, héritée de son défunt père et qui place l’homme au centre de tout. » Cette annonce est accueillie avec allégresse. « Wumela, wumela (Sois éternel, Ndlr) », se sont mis à crier les manifestants.

Dindon de la farce

Le 31 mai, le ministre Guylain Phanzu a réuni les délégués de la FEC et de l’Association des chauffeurs du Congo (ACCO), au sujet du lancement de deux postes de péage. « Ce lancement s’inscrit dans le cadre du contrat de concession entre le gouvernement de la République et la Société de péage au Congo (Sopeco), signé en 2017″, informe Jean Luc Bekama. Le président provincial de la FEC ajoute: » il était convenu à l’époque que l’argent du péage entre Matadi et Boma puisse aider la Sopeco à entretenir le tronçon réhabilité mais aussi à réhabiliter l’axe Manterne – Tshela ».
Tous marquent ainsi leur accord pour lancer les postes de péage le samedi 1er juin. Le délégué de l’Acco se montrait pour le moins rassurant.  » C’est pour le développement de la province que l’on va installer ces postes de péage », argumentait-il. « Si nous payons le péage sur la RN1, à Lufu comme au pont Maréchal, c’est qui est plus onéreux aux 2000 fc à débourser à Nsanda et Manterne pour les voitures et 500 fc pour les Bilanga Bilanga (tacots transportant les produits maraîchers, Ndlr). Pourquoi ne pas le faire? Que chaque chauffeur se conforme et il en sera ainsi »,tentait-il de rassurer. C’est malheureusement une fin de non recevoir que ses collègues chauffeurs ont réservé aux autorités et aux agents commis à ces postes de péage , les tournant tous en dindon de la farce. De sources concordantes, l’on apprend que des têtes pourraient tomber du côté de l’Acco.

2 Responses to "Kongo central:indésirables péages entre Matadi et Boma"

  1. Francois  26 août 2019 at 18:04

    J ai aimé

    Répondre
  2. wata  7 juin 2019 at 15:47

    ce ça le congo, tout le monde peu faire ce qu’il veut. pitier

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.