Kongo central:échec des journées « écoles sans enseignants »

Kongo central:échec des journées « écoles sans enseignants »

Ce matin de 3 juin, écoles publiques et privées ont fonctionné normalement à Matadi. La synergie des syndicats des enseignants du kongo central vient donc de subir un sérieux revers de la part des écoles, parents et élèves du chef-lieu de la province. Samedi 1er juin 2019, par Simon Nsilulu, elle avait annoncé l’organisation, dès ce lundi 3 au 6 juin, d’un mouvement dénommé « école sans enseignants ».

Les bleu-blanc étaient tôt ce matin dans les rues à Matadi. Ils ont suivi les cours comme d’habitude. Pourtant, la Synergie des syndicats des enseignants du Kongo central voulait qu’ils restent à la maison.

Cliquez ici

Simon Nsilulu / Infobascongo

Du tac au tac, les associations des parents d’élèves du Kongo central avaient réagi par voix de communiqué diffusé à la chaîne publique. Il était signé conjointement par l’Association nationale des parents d’élèves du Congo (Anapeco), l’Apec, l’Apecki, l’Apes et l’Apea. Ces dernières dénonçaient « un appel à l’arrêt collectif des cours gratuit pour des raisons inavouées pendant que le Tenafep (Test national de fin d’études primaires) a lieu les 6 et 7 juin ».  » Pour l’intérêt majeur de nos enfants, il est demandé à tous les parents d’envoyer leurs enfants à l’école ce lundi 3 juin 2019, pour éviter le désagrément consécutif à cet arrêt brusque des cours, sachant que nous sommes à la fin de l’année scolaire ». Parents, écoles et élèves ont donc préféré achever l’année qui bientôt va connaître son épilogue. Déjà les finalistes du primaire se préparent au Tenafep et ceux des humanités, à l’Examen d’Etat.

« Ennemis de l’éducation »

Les directeurs des trois provinces éducationnelles et le ministre provincial de l’Education ont condamné l’appel de la synergie. « Ce sont des ennemis de l’éducation », qualifiait Simon Zono, de la province éducationnelle Kongo central 2.
Selon Simon Nsilulu, « le Kongo central a tenu à relayer ce message fort de Kinshasa car la situation de l’enseignant ne change toujours pas et aucune réunion sur la gratuité de l’enseignement primaire annoncée ne se tient ». « Si à Matadi le mouvement na pas réussi faute de sensibilisation, ailleurs c’est une réussite, confirme-t-il. Nous allons aussi le faire en septembre. »

Par contre,plusieurs sources affirment que dans d’autres coins de la province,les écoles fonctionnent normalement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.