Kongo central:filles et garçons aux coudes à coudes au Tenafep

Kongo central:filles et garçons aux coudes à coudes au Tenafep

Le Test national de fin d’études primaires (Tenafep) a débuté ce jeudi 6 juin sur l’ensemble de la RDC . À Matadi au Kongo central, comme l’an passé, le nombre de filles est quasi égal à celui des garçons.

Pour leur premier examen national de leurs études, les parents ont pouponné leurs enfants. Ils sont tous mignons filles et garçons dans leurs uniformes bleu-blanc.  » La province éducationnelle Kongo central 1 aligne 41 246 candidats dont 20 176 filles, soit 40,1% des effectifs. À Matadi, 5 600 filles (52,8%), rivalisent sur 10 600 prétendants », renseigne Junior Kihasa, inspecteur principal provincial du KC 1.

Prise de conscience

Serge Kuebena, ministre provincial de l’Education a donné le go de ces épreuves qui sanctionne la fin des études des élèves au terme de six années. Il constate lui aussi la présence des filles autant que des garçons. « Nous sommes fiers des parents qui ont pris conscience qu’il faut scolariser la fille autant que le garçon. J’encourage tous les finalistes.Vous avez le soutien des autorités provinciales », assure-t-il. Comme lui, Kubundikila Kapay est impressionné par le nombre en hausse des filles.  » C’est le fruit des plusieurs campagnes de sensibilisation menées dans la province, mais aussi la prise de conscience des parents à scolariser leurs filles qui ont droit à l’éducation au même titre que leur progéniture masculine », argumente le Chef de section à la direction de l’information pour la gestion de l’éducation (DIGE). Celles et ceux qui réussiront vont démarrer le cycle d’orientation.
Le Tenafep s’achève ce vendredi 7 juin avec les mathématiques. Aujourd’hui,ils ont passé les examens de français et de la culture générale.

L’an prochain, la terminologie va muer en Enafep (Examen national d’études primaires).

Par Papy Matumpa

One Response to "Kongo central:filles et garçons aux coudes à coudes au Tenafep"

  1. wata  7 juin 2019 at 15:54

    Bonne chance a nos enfants finalistes, ce que nous demandons aux autorites de bien soigné les enseignants car ce eux qui souffre pour nous formés les anfants. ils ont droit a une vie meilleur

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.