Kongo central:des mesures pour éradiquer l’insécurité

Kongo central:des mesures pour éradiquer l’insécurité

L’insécurité bat son plein au Kongo central. Des attaques à mains armées et assassinats se comptent par dizaines. Parmi les victimes, des civiles et des hommes en uniforme.
Face donc à cette recrudescence de l’insécurité, le gouverneur Atou Matubuana a présidé une réunion du conseil de sécurité provincial . Objectif: éradiquer cette insécurité grandissante.

Infobascongo

Il y a été décidé la réduction des barrières de 70% restées sur la nationale n° 1 de Kasangulu à Moanda; les bouclages au niveau des camps militaires et policiers pour récupérer toutes les armes détenues irrégulièrement par les différentes bandes inciviques, et d’arrêter tous les détenteurs irréguliers desdites armes, auteurs présumés des actes de vandalisme décriés par route la population du Kongo central; les départs, les permutations et les nominations des commandants des Unités de la Police nationale congolaise du Kongo central, dans les dix territoires ainsi que dans les villes de Matadi et de Boma; l’achat des véhicules et des motos pour les patrouilles motorisées des éléments de la Police nationale et de la Direction générale des migrations; l’interdiction aux administrateurs des territoires ainsi qu’aux maires de Matadi et de Boma, d’affecter les agents aux différents postes de contrôle ou de créer des postes de contrôle; le renforcement des patrouilles mixtes FARDC – Police et enfin la tenue par le gouverneur de province des forums de sensibilisation dans les campements des éléments de l’armée, de la police et dans les points chauds des différentes entités.

L’insécurité se porte bien

C’est depuis plusieurs mois que l’insécurité ne faiblit pas au Kongo central. Dernière illustration en date, Amba, l’opérateur économique le plus influent de Kisantu, abattu le 6 juin par balles par des criminels qui ont aussi blessé deux de ses fils. Le meurtre a provoqué l’ire de la population qui a saccagé et incendié le commissariat de la police de cette cité située à 120 km de Kinshasa. Le gouverneur Atou s’y est rendu le lendemain en compagnie du président de l’Assemblée provinciale pour consoler la famille du défunt et apaiser et rassurer la population. Fin mai déjà quatre personnes avaient été tuées par deux éléments des FARDC à Kasangulu. Le lendemain, le gouverneur avait promis d’équiper la police et de mener une lutte sans merci contre les bandits qui sèment effroi, terreur et désolation. Mais rien n’avait été fait.

Mesures salutaires et controversées

Le Conseil provincial de sécurité s’est réuni pour la deuxième fois pour trouver des solutions à cette insécurité. Mais les mesures prises sont accueillies différemment par la population particulièrement à Matadi.  » Il était temps pour endiguer ce phénomène dans notre province », s’est réjoui un matadien, après la diffusion de ces décisions sur la chaine publique. Le Kongo central était un havre de paix où il faisait bon vivre, ce n’est plus le cas malheureusement. » Pour un journaliste de la même ville, » c’est bien de prendre des décisions, mais faut-il que le conseil de sécurité provincial divulgue de si grandes et importantes décisions », s’interroge-t-il? « Ce sont des décisions stratégiques. Divulguées, elles donnent de la marge aux bandits pour prendre des précautions et échapper aux griffes des services de sécurité », se désole-t-il.  » Que ces décisions ne soient pas qu’un chapelet d’intentions. Nous attendons leur concrétisation », lance une habitante.

One Response to "Kongo central:des mesures pour éradiquer l’insécurité"

  1. Albert KISUKIDI  12 juin 2019 at 22:10

    Et voilà le programme accompli.
    Après avoir mis mains basses sur les recettes de la province, ils y ont y implanté l’insécurité

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.