Kongo central:le vaccin BCG disponible après deux mois de rupture

Kongo central:le vaccin BCG disponible après deux mois de rupture

Le BCG, vaccin contre la tuberculose est de nouveau disponible au Kongo central après deux mois de rupture de stock.Les parents sont appelés à faire vacciner leurs enfants en Programme élargi de vaccination(PEV)de routine.

C’est ce lundi 17 juin par voie de communiqué que la Zone de santé de Matadi annonce l’arrivée d’un nouveau stock du vaccin BCG.  » Le médecin chef de Zone de santé de Matadi, Dr Goethe Makindu Mukolo informe toute la population de sa juridiction que la Zone de Santé a été approvisionnée en BCG depuis samedi 15 juin 2019. À cet effet, il invite les parents qui ont des enfants de zéro à 11 mois n’ayant pas bénéficié de ce vaccin d’amener leurs enfants à partir de ce mercredi 19 juin 2019 à travers les structures habituelles de vaccination », invite le communiqué. C’est depuis mi-avril que ce vaccin important a disparu du calendrier vaccinal. Son réapprovisionnement fait des heureux. Belle France Ndendo Babaka, une jeune mère veuve lance:  » Je serai parmi les premières à faire vacciner mon garçon. Je dois le protéger. Il est tout pour moi », dit-elle. Son bébé Beldie Makonda est né le 2 mai 2019, deux semaines après la rupture du BCG et trois semaines après le décès de son père.

Du déjà vécu

Ce n’est pas la première qu’une rupture de stock s’observe au Kongo central.En 2016 c’etait aussi le cas. « Des enfants ont été victime d’infections pulmonaires »,se souvient un agent du PEV.
Cette année,c’est le 17 avril 2019 la rupture de stock du vaccin Bacille Calmet Guérin (BCG) a été déclarée.
Administré dès la naissance, ce vaccin constitue avec le VPOo (vaccin contre la poliomyélite), la première de cinq étapes du calendrier vaccinal de l’enfant de 0 à 11mois en vigueur en RDC. Il protège contre la tuberculose.
Cependant, seules les zones de santé de Matadi et Nzanza, à Matadi ont déjà leurs stocks. Les six autres zones de santé de l’Antenne, Luozi, Mangembo, Kibunzi, Nsonampangu, Seke-Banza et Inga elles en sont encore privées et doivent encore patienter au grand dam des parents dont les rejetons sont exposés. « Les nouveau-nés non vaccinés sont très exposés »,prévient cet agent du PEV.
Mais pourquoi ces ruptures répétées de stock? Les professionnels du PEV que nous avons contactés avant l’approvisionnement du BCG s’étaient refusés à tout commentaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published.