Menaces sécessionnistes des habitants du Kongo central

Menaces sécessionnistes des habitants du Kongo central

Matadi se mobilise à son tour pour soutenir la construction du port en eaux profondes de Banana. Avec certains de leurs élus nationaux et provinciaux, les Matadiens ont organisé une marche ce 21 juin pour réclamer la construction d’abord du port en eaux profondes de Banana avant celui du pont route-rail Brazzaville-Kinshasa.

Écharpes aux couleurs nationales autour du cou et drapeau en forme de coeur sur les joues pour les uns, vareuse de l’équipe nationale de foot pour les autres: les forces sociales et masses laborieuses du Kongo central, avec en tête le président de l’Assemblée provinciale, son adjoint, le questeur, deux députés nationaux, ont battu le pavé de Belvédère jusqu’à la place Mzee ex 24 novembre jusqu’ au gouvernorat de province. « Le port en eaux profondes de Banana » ou « l’intérêt national passe avant l’intérêt régionale » ou encore « la charité bien ordonnée commence par soi-même », pouvait-on lire sur les différentes pancartes arborées par les manifestants. « Nous lançons un cri de cœur aux fossoyeurs de notre avenir. Et un cri de détresse pour vous alerter de la menace qui guette la RDC en général et le Kongo central en particulier. Nous sommes disposés à vous soutenir dans cette lutte et n’entendons lésiner sur aucun moyen pour défendre la terre de nos ancêtres, protéger nos intérêts vitaux, car il en va de notre survie et celle de notre postérité. Nous n’accepterons jamais ni aujourd’hui encore moins demain d’être sacrifiés sur l’autel des intérêts des puissances d’argent sous le fallacieux prétexte de l’intégration régionale », lisait Babel Baboma, au nom du lobbying pour la construction du port en eaux profondes de Banana. « La construction du port en eaux profondes de Banana concerne aussi bien la République entière que le Kongo central,ajoute Albert Puela,député national. Si ce port n’est pas construit, nous allons priver le pays de l’électricité produite au barrage d’Inga et irons jusqu’à la sécession. »
Justin Luemba vice-gouverneur se montre à son tour rassurant.  » Si le port de Banana n’est pas construit, plusieurs entreprises dont la CVM vont disparaître. Avec elles les ports de Matadi, Boma et MGT. Ce combat est aussi la nôtre »
, rassure-t-il en recevant le mémorandum adressé au président de la République. « Nous allons le transmettre à qui de droit », apaise-t-il .

Projets de la discorde

C’est l’annonce par le n°1 de la Banque africaine de développement (BAD) pour août 2020 des travaux de construction du pont route-rail Brazzaville-Kinshasa qui a mis le feu aux poudres. L’onde de choc a été telle que des manifestations ont eu lieu à Moanda, Boma et à Kinshasa. Toutes réclament la construction d’abord du port de Banana. C’est ce qu’avait promis Felix Tshisekedi à la population Kongo le 19 avril lors de sa visite de travail à Boma. Mais, coup de théâtre, le 12 juin le président souscrit au projet du pont entre Kinshasa et Brazzaville.
Débout comme un seul homme,les habitants du Kongo promettent aller jusqu’au bout.
Selon une source,une délégation de la présidence arrive ce 21 juin à Matadi. Elle sera mis au parfum des foyers de tension qui couvent le projet route-rail Brazzaville-Kinshasa.

Leave a Reply

Your email address will not be published.