« Ne faut pas penser que l’université est faite pour tout le monde,même pour ceux qui ont triché »,lâche le ministre Bitakwira au lancement de l’examen d’Etat

« Ne faut pas penser que l’université est faite pour tout le monde,même pour ceux qui ont triché »,lâche le ministre Bitakwira au lancement de l’examen d’Etat

Comme partout en RDC, la session de l’examen d’État vient d’être lancée à Matadi au Kongo central. Le ministre intérimaire de la Formation professionnelle, Métiers et Artisanat (FPMA) en a donné le go. Pour Justin Bitakwira, la formation technique et professionnelle permet à l’homme de gagner sa vie même s’il ne fait pas l’Université.

Devant les finalistes, les agents et cadres de deux
ministères EPSP et FPMA, le ministre lance: » il ne faut pas penser que l’Université est fait pour tout le monde, même pour ceux qui ont triché. Faut pas obtenir une licence qu’on ne défendra jamais ou former des médecins qui deviennent des vendeurs de cartes sim ». Pourtant, explique le ministre, « en quatre ans de formation en mécanique ou deux ans en menuiserie, l’on peut bien gagner sa vie sans passer par l’Université ». De milliers de congolais obtiennent en effet des diplômes d’université. Par manque de débouchés ces diplômes sont gardés dans des tiroirs. D’autres universitaires ne savent pas les défendre. Car leurs titres ont été obtenus par des moyens illicites. Tout ce monde ne doit sa survie qu’à des métiers appris sur l’état, donc dans l’informel. Les études préparent l’homme à gagner sa vie. C’est aussi l’avis de Justin Bitakwira, mais Il faut orienter les gens selon leurs capacités vers une formation technique et professionnelle que d’aller à l’Université et réussir en trichant ou d’avoir des diplômes qu’on ne saurait défendre. En 21ème siècle, l’enseignement technique et professionnel occupe une place de choix. « Grâce aux techniques, les pays comme la Corée du sud, le Japon, les États-Unis ou la Chine se sont développés », reconnaît l’émissaire su Chef de l’État. Mais il pense qu’il faille organiser des états généraux de l’Education pour valoriser cette branche.

EPSP et FPMA, des jumeaux

L’avènement du ministère de la FPMA a fait des mécontents du côté de l’EPSP. Les deux ministères se regardaient depuis en chiens de faïence. Dans la foulée, des agents du Service de contrôle et de paie des enseignants (SECOPE), se sont mis à couper le salaire de certains enseignants de la FPMA.  » C’est une pratique qui détruit le pays », dénonce Justin Bitakwira. Il appelle à l’unite:  » il n’y a pas un grand et un petit ministère. Tous sont nés par une ordonnance présidentielle ». Il appelle les deux parties à collaborer pour dit-il aider le pays à former l’homme Congolais. Pour lui, qu’on le veuille ou pas le monde est devenu aujourd’hui technique et il faudra faire avec pour former l’homme et développer la RDC.

Leave a Reply

Your email address will not be published.