Matadi:la police interpelle 30 inciviques et deux policiers

Matadi:la police interpelle 30 inciviques et deux policiers

Elles couvaient depuis mi-juin et étaient attendues: Les opérations bouclages. La première vient finalement d’avoir lieu au Camp militaire Molayi à Matadi. Elle a permis l’interpellation d’une trentaine d’individus. Parmi eux,deux policiers.

C’est tôt ce mardi 2 juillet à 5 heures du matin que la police de Matadi a bloqué toutes les entrées et sorties du Camp Molayi. L’effet de surprise était totale. Les perquisitions domicilières ont donné lieu à des interpellations: 30 inciviques pour détention et vente du chanvre et boissons alcoolisées fortes ainsi que deux policiers pour détention d’armes à domicile. La police mène une enquête pour établir les responsabilités des uns et des autres.

De la parole à l’acte

Mai 2019, un policier est tué par balle à Matadi et son arme emportée; fin mai, deux militaires tuent des civils à Kasangulu; le 6 juin à Kisantu, l’opérateur économique Amba est assassiné par balles et deux de ses enfants blessés. Mi-juin, le gouverneur Atou Matubuana convoque une réunion du conseil de sécurité provinciale. Plusieurs décisions sont prises pour arrêter la progression fulgurante de l’insécurité au Kongo central. Parmi les huit mesures, l’organisation des bouclages dans des camps militaires. Elle se fait attendre jusqu’au vol de plus de deux millions de francs congolais à la paroisse catholique Sainte Bernadette de soyo à Matadi appartenant au curé de la paroisse la nuit du 30 juin au 1er juillet. Les bourreaux, sept personnes cagoulées dont une femme munies d’armes de guerre et de machettes. Pour les autorités, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Elles passent finalement à l’action.

Traque des bandits

 » Nous déclenchons une guerre contre les bandits », avait annoncé le gouverneur au lendemain des attaques de Kasangulu. Elle est lancée. Dotation de deux voitures communément appelée Ketch à la police de Kasangulu, ce bouclage au camp Molayi et pas plus tard qu’hier une autre interpellation à Mbanza-Ngungu cette fois. Celle de Freddy Nkuku de l’écurie vipère, pour avoir administré des coups de couteaux aux avants-bras gauche et droite de monsieur Dibenzi. Freddy venait il y a peu d’être libéré de la prison de Mbanza-Ngungu. Mais, il récidive.

Leave a Reply

Your email address will not be published.