Incident au gouvernorat du Kongo central

Incident au gouvernorat du Kongo central

Le personnel du gouvernorat a été empêché d’accéder aux locaux ce vendredi matin. Des sources policières affirment qu’elles auraient reçu l’ordre du gouverneur Atou Matubuana de ne laisser entrer personne.

Un des policiers raconte. « Tôt ce matin, le chef de sécurité de Atou est arrivé au gouvernorat, intimant l’ordre aux agents trouvés sur place d’empêcher toute entrée au gouvernorat. » Selon une autre source, « cette interdiction visait particulièrement le gouverneur intérimaire qui par moments se rend au gouvernorat bien que son bureau se trouve au ciné-palace ». La même source affirme que, » le gouverneur Atou voulait présider un conseil de sécurité ».
« Les policiers sur place informent alors leur hiérarchie. Le commandant ville vient avec une escorte au gouvernorat et y renforce la sécurité. Le bâtiment est alors truffé d’éléments. Marcel Matumpa, tergiverse dans son bureau du ciné palace. Finalement vers 10h40, sur ordre de la hiérarchie, affirme la même source policière, il descend au centre ville escorté par la police et fait son entrée au gouvernorat de province. »
C’est le jeudi 19 septembre que le gouverneur Atou Matubuana a regagné Matadi, chef-lieu du Kongo central pour être « mis à la disposition de l’Assemblée provinciale ». Son vice, lui est encore à Kinshasa.

Confusion

Du coup, la confusion a gagné du terrain. Doivent-ils reprendre du service ou est-ce que Marcel Matumpa continue d’assumer l’Intérim?
Le bras de fer est là. Si le gouverneur rentre en fonction, quelle sera la nature de relations avec son ministre de l’Intérieur à ce jour gouverneur intérimaire?
La saga à succès Mimi continue avec ses épisodes à suspense. Autre épisode prévu ce 23 septembre à l’Assemblée provinciale.

3 Responses to "Incident au gouvernorat du Kongo central"

  1. Albert KISUKIDI  20 septembre 2019 at 16:50

    Donc vousrefusez ce ua je viens d’écrire ?

    KIADI KIBENI KUA BETU BAKONGO TUETA KIKOTISA MU BUWAYI !

    CE N’EST RIEN DE TOUTES LES FACONS AVEC LES BAKONGO ACTUELS , L’ON NE SAIT PAS SI C’EST UN VRAI MUKONGO QUI CONTROLE DANS LE KONGO CENTRAL ?

    Répondre
  2. Albert KISUKIDI  20 septembre 2019 at 16:04

    Pourquoi les Bakongo ont choisi de se ridiculiser ?

    Répondre
  3. Bernard  20 septembre 2019 at 14:00

    sa c’est quelle pays? un autorité qui est en suspension mais donne des injonctions alors que l’intérimaire est encore là? n’importe quoi
    sa c’est sont des menaces, aux députés de trancher

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.