Scandale sexuel du Kongo central: question orale adressée au vice-Premier ministre de l’Intérieur

Scandale sexuel du Kongo central: question orale adressée au vice-Premier ministre de l’Intérieur

La députée nationale Nelly Muinga vient d’adresser une question orale avec débat au vice-Premier ministre de l’Intérieur Gilbert Kankonde. Il devra répondre sur la situation du gouverneur du Kongo central.

Dans sa lettre lui adressée le 1er novembre, l’élue de Songololo explique que, » l’opinion nationale et internationale était sidérée de découvrir le 26 août dernier, à travers les réseaux sociaux, des images indigestes, indignes et insupportables du vice-gouverneur du Kongo central qui, suivant la lumière faite par des dépositions des uns et des autres se trouverait dans un complot commandité par le gouverneur de province Atou Matubuana ». La députée Muinga rappelle à Gilbert Kankonde qu’il a autorisé le gouverneur Matubuana à regagner la province pendant qu’il devait rester à disposition du parquet près la Cour de cassation.  »Il a multiplié des artifices pour obtenir par l’Assemblée provinciale le rejet du réquisitoire du procureur général », lui dit-il.

Revaloriser les Ne Kongo

Depuis l’affaire du scandale sexuel entre le vice-gouverneur Justin Luemba et l’assistance du gouverneur Mimi Muyita, Me Nelly Muinga est surnommée  »Maman Mimi » par ses collègues députés.  »Cela m’énerve », enrageait-elle. Depuis, elle se bât pour la revalorisation de la dignité des Ne kongo (originaire du Kongo central, Ndlr).
Lors de la dernière rencontre des députés nationaux et sénateurs du Kongo central avec le vice-Premier ministre de l’Intérieur sur le sort du gouverneur suspendu le 22 octobre dernier, la tension était au rendez-vous. Selon une source, ces élus voulant voir clair avaient promis d’interpeller Kankonde.
Et, la question est: »A l’heure de l’alternance et du changement pour lesquels vous vous êtes battus et au regard de la gravité des faits qui énerve l’article 9 du Code de bonne conduite de l’agent public de l’État, pouvez-vous nous dire quel est l’état de lieu de la gouvernance du Kongo central? ».
Nelly Muinga a aussi rappelé au vice-Prémier ministre qu’une situation similaire d’un membre du gouvernement avait conduit à sa révocation par le président Joseph Kabila.
Cette question orale avec débat ressuscite encore l’affaire Mimi dont l’issue n’est pas encore trouvée.

One Response to "Scandale sexuel du Kongo central: question orale adressée au vice-Premier ministre de l’Intérieur"

  1. NoComplXx  5 novembre 2019 at 3:12

    Si Me Nelly Muinga est surnommée « Maman Mimi », c’est son problème personnel ? Elle a le droit de les poursuivre en justice. Ce n’est pas par rapport à cela qu’elle va chercher les. D’ailleurs considérant le cas Bill Clinton à la maison blanche après le scandale sexuel, Hillary revient candidate pour le parti Démocrate, elle qui était la première dame au moment des faits. Que Me Nelly Muinga nous épargne de cette réflexion de basse court philosophique. Cet argument n’est pas digne d’elle. Le Kongo Central mérite un débat Supra philosophique pour sa construction, l’amélioration des conditions de vie, des stratégies qui booste le PIB de la province. Qu’elle revienne avec des arguments solides. Elle se livre à la présidente de l’assemblée national comme si elle était une omnipotente. Y a des instances de la République qui peuvent mieux répondre à sa question de soi-disant état de lieu. Triste

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.