Kongo central: quorum atteint à l’Assemblée provinciale grâce notamment à l’implication de la mission du FCC

Kongo central: quorum atteint à l’Assemblée provinciale grâce notamment à l’implication de la mission du FCC

Trente cinq députés sur 41 à l’Assemblée provinciale lundi 25 novembre: le quorum est largement atteint. Un carton plein que l’organe délibérant peinait à réaliser il y a peu. La délégation du Front commun pour le Congo (FCC) est en train de réussir le pari de la cohésion provinciale grâce au dialogue.

La tension est en train de faiblir entre les élus du peuple à l’Assemblée provinciale. Six députés ont manqué pour qu’ils affichent complet. Pourtant à la plénière du 24 novembre seuls 16 députés s’étaient présentés. Deux séances ont même déjà échoué.  »Nous avons rencontré le président Matusila, une vingtaine des députés, le gouverneur intérimaire et d’autres acteurs pour rétablir la confiance et la réconciliation par le dialogue », explique Crispin Mbadu, député national et chef de la délégation. Lui ainsi que les députés Nelly Mwinga (élue de Songololo), Modero Nsimba (élu de Moanda) et Tony Kikoka (élu de Kimvula) sont depuis vendredi 22 novembre en mission pour s’enquérir de la situation politique du Kongo central.  »Elle est participive autour du dialogue pour trouver une solution à cette crise qui ne profite à personne, explique le député Mbadu. C’est une affaire des Ne Kongo et non du FCC. » Déjà, la mission porte des fruits avec la plénière du 25 novembre qui a validé le mandant de Santé Nzinga et examiné le projet de reddition des comptes.

Un gouverneur de consensus

Les députés du Kongo central du FCC sont pour un changement de son modus operandi: que les députés provinciaux se choisissent eux-mêmes leur prochain gouverneur.  »Il doit être le résultat d’un consensus, fédérateur et doit provenir de la configuration d’avant (Cataractes et vice-gouverneur Bas-Fleuve) », explicite l’honorable Crispin Mbadu. Pour y parvenir, la délégation du FCC insiste sur la souveraineté de l’Assemblée provinciale ». La situation du gouverneur Atou Matubuana n’a pas été évoquée.
En attendant le retour à la normale, l’élu de Tshela demande  »que le gouverneur Marcel Matumpa soit doté de plein pouvoir en vue de lui permettre d’engager la province pour son développement ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.