Kongo central: le poste de péage de Nsanda saccagé

Kongo central: le poste de péage de Nsanda saccagé

Prévu pour samedi 7 décembre, il n’aura plus lieu. Le lancement des activités du poste de péage de Nsanda, secteur de Lufu, sur la route nationale n°1, entre Matadi et Boma, vient pour la troisième fois d’être suspendu par Atou Matubuana, le gouverneur. En cause, le saccage ce matin, par des usagers de la route et la population de cette agglomération, de ce poste de péage, à 25 km de Matadi.

Il est 7 heures matin quand des chauffeurs et jeunes de Nsanda investissent le poste de péage de Kingunga, à Nsanda.  » Toboyi ba conseillers (Nous ne voulons pas être moralisés, Ndlr), » scandent-ils. La première fois, le chef de secteur de Lufu leur avait dissuadé d’exécuter leur forfait. Cette fois, ils détruisent tout sur leur passage. Du bâtiment administratif de la Société de gestion de péage du Congo (Sopeco), il ne reste plus rien. Documents emportés, vitres cassées, portes enfoncées, matériel informatique emporté… Le poste lui a été incendié. Les barrières et autres matériels électroniques ont été consumés par les flammes.  » Nous ne voulons pas de ce poste de péage. Nous voulions déjà le détruire mais c’était sans compter avec la police. Cette fois c’est fait, explique un chauffeur. Nous avons tout emporté, même les ordinateurs. » Il se targue, visiblement heureux d’en avoir fini avec le poste.
Quelques véhicules ont aussi été pris pour cibles.

Poste de péage de Nsanda saccagé/Photo Faustin Diankidila


La Sopeco, pointée du doigt

Par deux fois l’ouverture de ce poste a été ajournée. « Nous avons entamé depuis des discussions avec la population et la Fédération des entreprises du Congo (FEC), puis le gouvernement provincial a décidé de lancer les activités du poste de péage de Nsanda le samedi 7 décembre, après une sensibilisation de la population et usagers de la route sur le bien-fondé de la mesure, explique Guylain Phanzu. Mais, nous avons été surpris que la Sopeco annonce l’ouverture pour ce 2 décembre par un communiqué indiquant la tarification ». Le ministre provincial des Infrastructures « regrette qu’elle ait agi sans l’accord du gouvernement provincial mais condamne les actes de vandalisme perpétrés à ce poste qui a coûté beaucoup d’argent ». Il dit par ailleurs avoir reçu instruction du gouverneur de reporter à nouveau l’ouverture de ce poste de péage.
« Ayant eu vent du communiqué de la Sopeco, j’ai tenté en vain par la radio d’informer la population que le poste ne serait pas ouvert le 2 décembre, mais surchauffés les jeunes gens sont passés à l’acte et nos quatre policiers n’ont rien pu faire devant la population déchaînée », regrette Jacquemin Mbenza Mvumbi, le chef de secteur de Lufu.

Indésirable mais salutaire

Les postes de péage de Nsanda et Manterne sont décidément indésirables. Ce saccage en fait largement échos. La population de Nsanda et les usagers de cette route estiment qu’ils sont de postes de trop. Car, ils paient déjà sur Kinshasa-Matadi, au pont Maréchal et dans les multiples postes de police de circulation routière installés sur la route nationale numéro, de Kinshasa jusqu’à Boma. Mais pour Guylain Panzu, ce poste vaut la peine. « Ce péage est le fruit du contrat de concession entre le gouvernement de la République et la SOPECO, signé en 2016. Les fonds y récoltés, devaient servir à l’entretien de la route nationale numéro 1 et la réhabilitation de l’axe Manterne-Tshela. Mais, le gouvernement provincial qui n’est que le prolongement de l’État en province avait décidé de mener au préalable un travail de sensibilisation de la population avant l’effectivité des activités », fait-il observer.

One Response to "Kongo central: le poste de péage de Nsanda saccagé"

  1. Mbuta Za Monimambu  2 décembre 2019 at 18:14

    Rend on vraiment compte à la population de l’utilisation de ces fonds pour les péages déjà existant? Faut-til absolument une société de sous-traitance pour récolter des taxes aux différents péages? Pourquoi l’Etat n’organiserait-il pas lui-même ce service? Encore de la mafia financière en coulisse?

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.