Kongo central: l’Aco prend acte de la démission du député Nsalambi du parti

Kongo central: l’Aco prend acte de la démission du député Nsalambi du parti

Bien que le député Joseph Nsalambi du parti Avenir du Congo (Aco) ne reconnaisse pas l’authenticité du document sur sa démission, le président de ce parti en prend acte et demande au président de l’Assemblée provinciale du Kongo central de tirer toutes les conséquences de droit.

Tout semble tourner contre l’élu de Kasangulu, rapporteur de l’Assemblée provinciale. Patrick Bologna, président de l’Aco prend acte de sa démission. Mêmement à l’hémicycle du Kongo central.  »L’Assemblée provinciale ne peut, par conséquent, que se conformer aux textes légaux applicables en pareil cas », répond-elle. Edmond Luzolo, le vice-président réagissait au nom du président à la correspondance transmise à l’Assemblée par l’huissier de justice près la Cour d’appel du Kongo central.
Pourtant, Joseph Nsalambi nie l’authenticité de cette lettre.  »Je n’ai jamais initié ni écrit une correspondance allant dans ce sens. Le document qui circule sur les réseaux sociaux est un faux document. Je suis et reste membre de l’Aco », a-t-il écrit au président Bologna. Mais ce dernier qui se dit aussi étonné par la décision de Nsalambi est pourtant catégorique:  »Je prends acte de votre choix et prie l’honorable président de l’Assemblée provinciale du Kongo central d’en tirer toutes les conséquences de droit conformément aux textes en vigueur ».
Rapporteur de l’Assemblée provinciale, Joseph Nsalambi fait partie des députés qui soutiennent le gouverneur Atou Matubuana. C’est lui qui a lu la déclaration des députés qui s’opposaient au vote de déchéance du gouverneur à l’hôtel Bilolo. Selon une source, il en fait les frais.
Pour se sauver, il devra démontrer que la lettre de sa démission est un faux en vue de ne pas perdre son mandat.

Deuxième force politique de l’Assemblée provinciale du Kongo central,l’Aco compte huit députés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.