Des magistrats du Kongo central améliorent leurs connaissances sur la protection de l’enfant

Des magistrats du Kongo central améliorent leurs connaissances sur la protection de l’enfant

Trente magistrats des parquets et des juges du Kongo central ont suivi un cours pilote sur les droits de l’enfant et les pratiques adaptées à l’enfant à Kola,à Mbanza-Ngungu. Ils en sortent ragaillardis.

Le projet  »Batela Mwana »,mis en oeuvre par le Bureau international pour les droits des enfants(IBCR) qui porte sur le renforcement des capacités des policiers,du personnel de justice et des travailleurs sociaux en matière de protection de l’enfant continue de répondre à ces objectifs(Batela Mwana,protéger l’enfant,Ndlr). Ces magistrats spécialistes pourtant du droit,ignoraient beaucoup sur les droits de l’enfant.

 »Ce genre des formations améliorent le niveau intellectuel des magistrats,aident à être toujours à la page.La loi portant protection de l’enfant est spéciale qui exigent beaucoup d’attention du magistrat,le dossier de l’enfant ne se traite pas comme celui d’un adulte »,reconnaît désormais Pitshou Jean-Daniel Kabamba,substitut du procureur.  » Franchement, nous avons appris beaucoup de bonnes choses, les bonnes pratiques que nous devrons adoptées quand il s’agit de gérer l’enfant en conflit avec la loi et même l’enfant victime. Nous avons révisé le droit de l’enfant ainsi que l’apprentissage aux bonnes pratiques qui doivent être mise en valeur quand il s’agit de l’enfant. J’atteste que nous avons appris et que nous sommes prêts à appliquer. Je sors de cette formation ragaillardi professionnellement. Je demande aux organisateurs d’étendre cette formation à d’autres magistrats »,plaide Jean- Jacques Longandjo,magistrat au parquet général.

L’enfant au coeur de l’action de l’IBCR

Du 17 au 22 février 2020,des experts de l’Institut national de formation judiciaire(Inaforj) ont assuré ce cours pilote. Point focal provincial du Conseil supérieur de la magistrature Kongo central,Mathieu Bosengo est content de cette formation.  »Merci car nous avons améliorer nos connaissances sur la protection de l’enfant. La compétence professionnelle est pour un.magistrat une exigence fondamentale pour l’exercice correct de la charge judiciaire  »,souligne-t- il.

La réussite de cet atelier,c’est aussi grâce à l’assiduité,la disponibilité et le sens d’ouverture des magistrats, estime Émile Darribert Mbumba,chef de projet IBCR. »Les enfants qui peuvent paraître une notion de seconde zone sont au coeur de notre action. Je suis rassuré que désormais les leçons apprises seront appliquées pour le bien-être de l’enfant. L’ensemble de petits gestes forment les grandes évolutions de la vie »,conclut-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published.