Kinshasa – Kongo central: débordement des habitants à l’entrée comme à la sortie

Kinshasa – Kongo central: débordement des habitants à l’entrée comme à la sortie

Les services de sécurité sont débordés. Plusieurs milliers de personnes sont à l’entrée de Kinshasa mais aussi déjà au point de contrôle de prise de la température à Mingadi, au Kongo central.

Bousculades, insultes: la tension est vive à l’entrée et à la sortie de Kinshasa, la capitale. Ils sont plusieurs milliers qui veulent entrer au Kongo central.  »J’ai de la marchandise au port de Matadi, je dois la récupérer », implore presque un monsieur.  »Comment peut-on me priver de rentrer chez moi? », s’interroge une dame bagages en mains. A côté d’eux, un groupe de militants de Bundu dia Mayala qui mettent, eux aussi, la pression pour rentrer chez eux.  »Le virus est présent à Kinshasa, cette maladie ne doit pas entrer en province », se bat le ministre qui est étonné de voir cette marée humaine. Il retourne certains.  »C’est le confinement soutient Nestor Mandiangu. Nous ne devons pas transiger avec les mesures prises par le président de la République, il en va de notre intérêt. »

Services de sécurité accusés

Mais beaucoup accusent la police qui monnaie le passage de connivence avec d’autres services . Selon une source, 288 personnes ont été testées au point de contrôle le mercredi 25 mars. En effet, le point de contrôle concerne l’équipage des gros véhicules qui doivent assurer l’entrée et l’évacuation des marchandises.
Une autre source signale que hier, il y a eu plus de 3 000 entrées. Beaucoup de gens pénètrent par des voies secondaires. Des voitures avec des passagers passent comme si de rien n’était,dans des poids lourds,des passagers sont cachés.  »La police prend des dispositions pour barricader partout », explique le ministre en colère. Mais en réalité,les services de sécurité sont passifs.
Ils sont désormais nombreux au point de contrôle mais qui visiblement ne sont pas de l’équipage des véhicules.  »Nous sommes en danger », lance un membre de la riposte.
Le ministre provincial de la Santé lui, est au four et au moulin. Il est débordé. C’est à cela que lance un.médecin: »Sans l’application des gestes qui sauvent(lavage des mains,port des cache-nez,distance de plus ou moins 1 mètre… »),la situation sera incontrôlable au Kongo central. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.