RDC: Liliane Kwengo Seke de la RT Boma au Kongo central remporte le 2ème  »prix Jeune femme journaliste »

RDC: Liliane Kwengo Seke de la RT Boma au Kongo central remporte le 2ème  »prix Jeune femme journaliste »

Le  »prix jeune femme journaliste » annonce sa lauréate. C’est Rachel Ntumba de la Radio télévision Happy de Mbujimayi qui remporte la 5ème édition. Le Kongo central se classe en 2ème position grâce à la production de la journaliste Liliane Kwengo Seke. Elle est devenue une fierté pour le Kongo central.


Rachel Ntumba qui a produit un reportage sur: »Des femmes qui font un métier dit des hommes », est sacrée lauréate du  »Prix Jeune femme journaliste ». Liliane Kwengo a, elle diffusé un reportage de 13 minutes sur: »Exclues aux postes de prise de décision, les femmes s’investissent dans l’agroforesterie pour lutter contre le réchauffement climatique ».  »Le réchauffement climatique a beaucoup d’impact sur le plan social, les femmes demeurent les plus impactées. Son insertion dans cette lutte est importante », reconnaît-elle.  »Je suis contente que ce travail soit reconnu. Je rends grâce à Dieu, je remercie toute l’équipe qui m’a accompagnée, ma directrice des programmes et l’Ucofem pour avoir initié ce prix que je dédie à toutes les femmes du Kongo central ».

Kwengo félicitée

C’est depuis 2016 que Kwengo travaille comme reporter à la RTB, deuxième ville du Kongo central. Nana Mbungu, directrice des programmes de ce média communautaire en est fière.  »C’est la joie de voir qu’une jeune fille soit récompensée, exulte-t-elle. Ce prix prouve à suffisance que dans le kongo central, le genre dans le média est en action. Je remercie l’Ucofem. » La joie est aussi celle de Dieudonné Muaka, président provincial de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC), section Kongo central.  »Je ne savais pas que la province avait participé. Cela prouve qu’elle regorge des competences », se réjouit-il avant de féliciter la lauréate.
Le troisième prix revient à Joele Safina du journal Souverain de Bukavu dans le Sud-Kivu.  »Les femmes battues qui souffrent et meurent en silence » est le reportage qui lui vaut cette place.

Un prix chaque 3 mai

Toutes trois gagnent de l’argent et un kit de matériel pour faciliter leur travail. Elles regagnent les autres lauréates qui depuis 2016 sont couronnées par ce prestigieux concours.
Ce prix décerné chaque 3 mai à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse concerne les jeunes filles journalistes et blogueuses d’au moins 30 ans et récompense l’innovation dans les contenus, les usages et la prise en compte du genre dans leurs productions journalistiques.
En raison du Covid-19, les lauréates ont été annoncées à la télévision. Le prix a été soutenu par Internews et Free press unlimited.

Leave a Reply

Your email address will not be published.