Programme des 100 jours: John Mata poursuivi pour détournement au TGI d’Inkisi, au Kongo central

Programme des 100 jours: John Mata poursuivi pour détournement au TGI d’Inkisi, au Kongo central

Ouverture du dossier John Mata, sous-directeur de l’Office des routes (OR) Kisantu, au Tribunal de grande instance (TGI) Kisantu.
Le présumé innocent est poursuivi sur base, selon des sources digne de foi, d’un dossier instruit par le procureur général près la Cour d’appel du Kongo central.


A l’audience de ce 11 mai, les avocats de la défense ont sollicité la liberté provisoire de leur client. Le tribunal a renvoyé l’affaire à une date certaine.

Payer le minerval des enfants?

La requête aux fins de fixation d’audience du procureur général auprès du TGI d’Inkisi date du 04 mai 2020.
Le prévenu John Mata a été traduit en justice pour détournement de 66 000 $ conformément à l’article 145 du Code pénal livre II tel que modifié et complété à ce jour.
C’est une réquisition du parquet général auprès de FNB Bank, apprend-on, qui a permis la traçabilité des fonds alloués au Kongo central dans le cadre du programme de 100 jours du président de la République.
Notre source renseigne qu’en lieu et place de plus d’un millions de dollars prévus pour la construction des chaussées, ponts et achats de bacs, la direction provinciale de l’OR n’a reçu que 872 000$. L’argent avait déjà été grappillé à Kinshasa. Des fonds répartis entre les trois brigades: Kisantu, Boma et Kimpese.
Kisantu, elle, s’est adjugée la plus grande part.
Ces fonds avaient été gérés par seul le défunt directeur provincial de l’Office. Il ne traitait qu’avec les trois chefs de brigade. Ses proches collaborateurs n’étant pas mis au parfum, difficile de retracer la gestion des fonds. Le recours au Bureau technique de contrôle (BTC) a heureusement permis de vérifier l’utilisation de ces fonds.
« Cet argent a notamment servi à payer les frais de minerval de nos enfants et ce, sur ordre de feu le directeur provincial », se defendait Jhon Mata pendant l’audit.

Justice en marche

Lors de sa prise de pouvoir il y a un peu plus d’une année, le président de la République Félix Tshisekedi avait promis notamment de lutter contre la corruption et le détournement de deniers publics. Et cela n’est pas vain mot.  »Cette instruction judiciaire prouve à suffisance que la justice fait bien son travail. Le programme de 100 jours dont la réalisation était attendu urgemment a connu bien de déboires. La justice, elle, est chargée de mettre hors d’état de nuire tous ceux qui l’ont sapé », soutient une source judiciaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published.