Matadi: la ruée vers le jeton Covid-19

Matadi: la ruée vers le jeton Covid-19

A l’aube du confinement de Matadi, les services essentiels, autorisés d’oeuvrer du 22 au 25 mai, jours de confinement de la ville, ont pris d’assaut la Mairie ce jeudi 21 mai. Objectif : obtenir le jeton spécial Covid-19, une sorte d’accréditation vendue à 25000fc (13$), la pièce

Soulagé, Martin Malenge, brandit son jeton spécial et sa quittance de paiement, à la sortie de la Mairie. La preuve de paiement au guichet unique de la Mairie indique bel et bien 25000fc (13$).
Devant le bâtiment, deux files de véhicules longent la route de part et d’autre. Au balcon, plusieurs personnes en attente de la précieuse carte s’impatientent et à l’intérieur, c’est la cohue. L’entrée du bureau de Pathy Nzuzi est elle, quasi obstruée par des personnes qui veulent rencontrer le maire.

Son bureau a des allures d’une salle de consultation. Il reçoit particulier et délégation venus s’acheter le jeton. Les dossiers sont traités au cas par cas. « Quand on est seul, on paye 25000fc, quand le nombre est plus important, on négocie. Un groupe de dix personnes a été autorisé à payer 10$ par personne, explique un employé de la Mairie. Les sociétés ont présenté certaines, des listes de 100, 200 voire 1000 agents. Le maire s’assure que tout ce monde travaille vaut la peine ou non et décide de la suite à réserver à chaque demande ». Parmi les demandeurs, il y a entre autres les tenanciers d’officines pharmaceutiques, les services oeuvrant aux ports, les sociétés de gardiennage. Le décret du maire pris la veille leur autorise en effet, en plus de la SNEL, la Regideso, les hôpitaux et centres de santé, d’exercer leurs activités moyennant ce jeton spécial. Un cadre des Lignes Maritimes Congolaises (LMC), quittance à la main indiquant 510000fc (~270$), vient de se mettre à l’ordre avec la mesure de l’autorité urbaine. Il sort du guichet et rejoint le bureau du Maire. Il y ressort quelques minutes après avec une vingtaine de jetons. « Nous sommes une entreprise de l’État, nous devons donc renflouer les caisses de la Mairie qui est un également un service de l’État », lance-t-il souriant devant d’autres personnes fulminant de colère.

Des mécontents

Si certains souscrivent sans problème à la mesure de la mairie, d’autres ne l’entendent pas de cette oreille. Cet agent de l’IBTP Matadi est l’un d’eux. Debout devant le bureau de Pathy Nzuzi, il rage. « Hier, le maire m’avait rassuré que le jeton est gratuit et aujourd’hui il retourne sa veste. Laissez-moi le rencontrer pour qu’il me le déclare en face », presse-t-il. Un autre homme rebrousse chemin dès son arrivée dans le hall de la mairie. Il est tenancier d’une pharmacie. « Je préfère rester trois jours sans rien vendre que de débourser 25000fc pour une autorisation qui selon moi doit être gratuite. C’est triste », se désole-t-il. D’après un agent de la mairie, « le maire a fixé à 25000fc l’achat de ce jeton pour dissuader les matadiens à sortir de chez eux ce week-end ».

25000fc l’autorisation, 25000fc l’amende

D’après l’arrêté de confinement du maire, la population de Matadi est appelée à rester chez elle pour « permettre à l’équipe de riposte de la maladie à Coronavirus de faire le suivi des contacts et des cas suspects de Covid-19 ». Si les services autorisés à travailler déboursent 25000fc pour l’obtention du jeton spécial Covid-19, ceux qui enfreindront la mesure de confinement débourseront aussi 25000fc, mais comme amende. Pour les services de sécurité, c’est la veillée d’armes. Ils sont sur les nerfs car chargés de faire respecter le confinement que certains matadiens comptent boycotter.

Leave a Reply

Your email address will not be published.