Belgique: difficile fin d’année scolaire 2020

En dépit de la maladie à coronavirus en Belgique, l’école ferme ses portes. Les cours se sont donnés sur internet, une nouvelle méthode pas toujours facile pour élèves et enseignants. L’année scolaire appelée spéciale en Belgique a fermé ses portes. Reportage à l’école secondaire de Brussels international catholic school (BICS).

Vendredi 26 juin, école secondaire BICS , 10 heures! Dans cette école privée au cœur de Bruxelles, l’atmosphère est sereine dans la cour, presque vide. Pas de cocktail, de manifestations, de play etc. A quelques endroits, de petits groupes dont certains débordant de joie esquissent à leur gré des pas de danse : C’est la fin de l’année, une année spéciale.

Dans des salles de classe, des enseignants reçoivent leurs élèves en présence de leurs parents. Quelques observations faites, ils reçoivent les bulletins. Ce n’est toujours pas à la hauteur des attentes. Une mère en sort le visage renfrogné : “Je suis mécontente parce que les résultats de ma fille qui travaillaient bien au début de l’année, ne sont pas fameux, elle a été très négligente durant le confinement et donc j’ai hâte à ce que les choses reviennent à la normale.”

Difficiles études en ligne

En effet, cette fin de l’année est spéciale à cause de la Covid-19. Confinés depuis mars, les élèves ont étudié en ligne. Ce système a défavorisé plusieurs élèves.  Elève de year 8 (première année secondaire), une jeune fille est l’une d’elle. “J’ai exécré ces sessions live parce que regarder à l’écran irritait mes yeux. C’était ennuyeux et les problèmes techniques n’ont pas aidé. Je travaille mieux sous adrénaline et le stress mais là il y avait plus rien de tout ça. J’ai perdu toute la motivation’ ’, reconnait-elle. Parfois, accuse-t-elle,’’ j’écrivais sans recevoir de réponse du professeur”. “Cette fin d’année a été difficile et pour nous et pour les élèves, qui étaient très peu motivés avec les problèmes techniques. Maintenant qu’on a l’expérience, quoiqu’il arrive, deuxième vague ou pas, on va faire avec.”, explique M. Van Meneen, son prof de Latin.

Projections

Comme à BICS, l’année scolaire s’est achevée dans plusieurs écoles de Belgique. Les mêmes difficultés sont observées. Le Coronavirus a tout chamboulé. Mais des mesures sont prises en vue d’y remédier pour la rentrée des classes de septembre prochain selon que le virus continuera de circuler ou non. Les scénarios montés par la ministre francophone de l’Education, Caroline Désir (PS), et les différents acteurs de l’enseignement mardi 23 juin doivent encore être confirmés le 1er juillet par le Conseil national de sécurité (CNS). A cela se rajoutent des mesures sanitaires plus drastiques. L’objectif de ce plan est de réinstaurer l’obligation scolaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published.