Mbanza-Ngungu : bien qu’abandonnée, Ntemo, la première radio rurale en RDC se bat pour la performance de son personnel

Mbanza-Ngungu : bien qu’abandonnée, Ntemo, la première radio rurale en RDC se bat pour la performance de son personnel

Elle appartient à l’Etat, la radio rurale locale, communautaire Ntemo de Mbanza-Ngungu au Kongo central. Malheureusement, cette radio rurale, la première en RDC est laissée pour compte. Une équipe de professionnels des médias consciencieux se décarcassent pour la faire vivre. Elle a formé le personnel pour le rendre performant.

Trente-trois journalistes (six femmes et 30 hommes), animateurs et techniciens de la radio Ntemo sont fiers de recevoir des brevets de participation des mains de l’Administrateur assistant du territoire de Mbanza-Ngungu. Permanents, pigistes et collaborateurs extérieurs ont suivi une formation in situ de cinq mois sur les techniques de production radiophoniques et le traitement numérique du son (microphone, enregistreur numérique et adobe audition).

 »Cette formation sera sans doute une première qualitativement et quantitativement parmi celles que vous auriez déjà eu à organiser. Nous vous rassurons que vos efforts fournis ne seront pas vains car nous sommes tous prêts à mettre en pratique les leçons apprises et faire de notre chaîne la radio de la différence, une véritable radio communautaire destinée au développement de la communauté », promet Victor Bikindu, le représentant des formés.

Formés par des compétences locales


En janvier dernier, le direct national du service national de l’information rurale (SNIR) a demandé à la radio Ntemo d’évaluer la performance de son personnel.  »C’est ce qui a conduit la direction de le former », explique Jean-Luc Kissakanda, le directeur des programmes qui a assuré la partie production radiophonique (déontologies des radios communautaires, les genres journalistiques, la production d’une émission radiophonique et l’animation radio). Reagan Nkala, lauréat du concours Ghislaine Dupont et Jean-Claude Verlon organisé par RFI s’est apaisanti sur le traitement numérique du son (le microphone, l’enregistreur numérique et adobe audition). Les certificats qui sanctionnent la fin de cette formation sont remis par Luc Makiadi, administrateur assistant qui se dit,’‘ heureux de constater que la radio Ntemo fournit un effort afin que son personnel soit formé et réponde au besoin de la population ».

Abandonné

Créée le 1 mars 2003 par l’Etat congolais avec l’appui de la FAO, la radio Ntemo était dotée d’un émetteur de 2 kg. Placée sous tutelle du ministère du développement rural, elle couvrait une bonne partie de l’Afrique centrale. Malheureusement, quelques pièces de cet émetteur sont tombées en panne. Ces médias manquent 750$ pour les réparer. C’est grâce à un autre émetteur d’1 Kg, don de la BAD dans le cadre du Projet d’appui à la réhabilitation du secteur agricole et rural ( PARSAR) que ce média fonctionne.  Ntemo manque cruellement du matériel. Et, ses professionnels des médias vivotent. ‘’Nous avons une rémunération mensuelle qui va de 20 000Fc (10$) à 40 000Fc (20$) que nous recevons difficilement. Nous avons même des arriérés’’, regrette un journaliste. Cependant, le directeur Falish Kanza et son équipe est résolument engagé pour continuer à faire de Ntemo une radio de développement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.