|

Kisantu: une injustice qui tue le diocèse

 

 

 

 

 

l'imprimerie du diocèse de Kisantu/infobascongo

l'imprimerie du diocèse de Kisantu/infobascongo

La Société de distribution d’arts graphiques en Rd Congo(Sodac) du Diocèse de Kisantu au sud-ouest de Kinshasa tourne au ralenti à cause de l’importante  dette que lui doit le gouvernement central. Certains de ses employés sont déjà au chômage.

 

 

 

 

 Ce midi de juillet à la Sodac Kisantu à 245 Km de Matadi, le silence observé est révélateur. Seuls moins de dix agents visiblement pas très occupés travaillent.

Autrefois lieu mouvementé, il devient de plus en plus silence, la société ne sachant plus payer les travailleurs, d’autres sont en congé technique. ‘’ Sur les 42 agents de la Sodac, nous n’employons que ces derniers temps une dizaine’’, a fait savoir triste Nestor Kisembo, le Secrétaire général.

Cette situation se vit depuis plusieurs mois à cause notamment des dettes du gouvernement central en faveur de la Sodac. Selon un document contenant les réclamations de cette société du Diocèse de Kisantu, le ministère des finances lui doit 3.150.000$US. Il a été produit depuis 2008 pour son compte sans avoir payé 1.000.000 d’exemplaires de certificat d’immatriculation communément appelé ‘’carte rose’’ au profit de la Direction générale des impôts(Dgi) ce, pour un coût de 2.100.000$US. L’autre partie concerne 56.250 exemplaires de code des impôts produits en 2005 pour un montant d’1.800.000$US pour lesquels la Sodac n’a perçu que 1.800.000$US.

A cela s’ajoute la dette du gouvernement provincial du Bas-Congo sur des titres valant espèces en faveur des territoires de Kasangulu, Kimvula et Madimba pour 3.551$ US.

Le dimanche après l’ordination des Diacres et des Prêtres du Diocèse de Kisantu, Mgr l’Evêque Fidèle Nsielele a  interpellé Deo Nkusu, le Vice-gouverneur à propos de ces créances. Ce dernier a visité aujourd’hui cette imprimerie est a déclaré que le gouvernement provincial honore dès ce mardi ses dettes. S’agissant de la part du gouvernement central, il a promis voir les autorités compétentes pour que la situation soit décantée. Pour lui, c’est une injustice criante. La ‘’carte rose’’ que Sodac livre à 35$US est revendue par la Dgi à 100$US.

Grâce à ce que gagne le Diocèse, il arrive à réaliser beaucoup de travaux notamment dans les différentes paroisses. Pour l’heure, la cathédrale de Kisantu qui est entrain d’être réhabilitée a besoin des bancs. Lors de la cérémonie d’ordination un appel a été lancé aux personnes de bonne volonté.’’ C’est aussi parce que le Diocèse est en difficulté’’, a confirmé un fidèle.

La Sodac qui existe depuis 1901 a déjà imprimé les certificats de l’école primaire, les bulletins de toute la Rd Congo, des imprimés de valeur de divers genres etc.

Aujourd’hui, il subi la pression de la part d’une banque de la place qui lui avait prêté de l’argent, du Fond de promotion de l’industrie(Fpi) et de la Dgi qui malheureusement lui réclame des taxes.

URL simplifié: http://www.infobascongo.net/beta/?p=3979

Posté par on juil 26 2010. Classé sous Economie. Vous pouvez suivre toute les entrées a travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller directement à la fin et laisser un commentaire. Envoyer un ping n'est pas actuellement autorisé.

13 commentaires pour “Kisantu: une injustice qui tue le diocèse”

  1. lufuta mfuka kadi tata piskopo bue sansila ba nganga nzambi ye tuadisa diocese dietu guna ntima mbi

  2. si rome intervener l’argent serra payer dans l’immediat.

  3. c’est ainsi que vous voulez faire venir les investisseurs?
    “QUI PAIE SES DETTES S’ENRICHIT ET CELUI QUI NE PAIE PAS S’ APPAUVRIT”
    tel est le cas du du Congo?
    Réponse “gardons la foi”

  4. lisez : “essayons la version avec rime , mais tout le mérite revient à Mfumu Nambo ”
    Bonne fin de semaine à toutes , et à tous !

  5. Essayons la version avec rime;mai tout le mérité revient à
    Mfumu Nambo !

    Mu kiwayi tuatuuka
    Mu kiwayi tua kotesua

    Tua nionguaa kua mindelé
    Tuna nionguaa kua ba ndombé

    Bonso nioka, tuazubilua kua banzenza
    Bubu ,tuena zubua kua mateboo ma mavata

    Ye mingizila ye mikukuniungu mia Nsi
    Ye mpeve awu, ye bimpa bia mbii

    Nkangu a Nsi, sikama ye tala mambu
    kunsi ya Banguninga ye ngunza Kimbangu

  6. Mu buwayi tuatuka
    Mu buwayi tuakota

    Tua niongua kua ba mindele
    Tueta niongua kua ba ndombi

    Tua zubua kua banzenza
    Tueta zubua kua besi Nsi

    Yaya tala kuaku mambu
    Ku nsi ya tata Kimbangu

  7. Don Pépé Mpela

    Désolé que nos discussions contiennent toujours des états d’âme. Une imprimerie à Kisantu ou à Tumba, n’est-ce pas une unité de production ? Pourquoi s’en prendre à l’Evêque, bien que responsable no 1, mais, je ne pense pas qu’il est fait les sciences économiques voire le comptabilité et les finances ? Pour preuve, il délègue chaque année son pouvoir à des prêtres et religieuses pour s’occuper des toutes les unités, sources d’entrée des recettes dans les paroisses et les diocèses. A mon avis, la faute incombe aux opérateurs économiques Né-Kongo. Et même les formateurs comme ceux des UK et des Institut de formations. Pourquoi ne pas pousser les jeunes en formation de publier et que leurs travaux et publications soient envoyés dans cette imprimerie ?
    Si c’était en Europe, je vous dirai que les imprimeries sont en difficulté depuis que Microsoft et les autres mettes les produits de l’innovation sur les marchés mondiaux. je peux faire du bon travail avec mon imprimante et m’en passer des imprimeries.
    Pourquoi comme le dit mbuta Nambo, ce problème d’ardoise n’a jamais été posé ? Et dire que mon Seigneur voyage presque chaque deux ans en Italie, il peut aussi solliciter les anciens Né-Kongo de la diaspora pour poser ce problème. C’est toujours la même remarque, l’absence de de vision chez les Né-Kongo. Ils attendent toujours que l’argent tombe du ciel et tout ira mieux. Il faut gaffe car, si cette enveloppe tombe et qu’elle est vu par un Kuluna, vous aurez le bon investissement. Bref. il faille que l’Evêque lance un appel d’offre et les preneurs voire les nouveaux partenaires viendront et tout pourra être relancé.
    Il faudrait de la volonté politique quitte les bureaux vos élus pour sauver voire relancer l’économie de la province. Sans quoi, tout vous sera pris par les Chinois.

  8. En son temps, Mobutu envoyait ses officiers de l’Armée en missions dormir dans les hôtels possédés par des citoyens et parmi ceux-ci il y avait beaucoup de proprétaires bakongo à Kinshasa et certainement dans le Bas-Zairé.

    Et puis, il arrivait qu’il ne payât pas les factures.

    Rasultat : LA RUINE de ces hôtels !

    Il n’y a pas mille chemins pour ruiner une entreprise, un Diocèse que de leur faire faire des travausx sans les payer

    C’est une politique de RUINE bien ciblée en direction de la province du Kongo Central

    Dans le Bas-Congo , comme on le voit, il y a des activités qui ont résisté à 50 ana de l’indépendance et à 45 ana des pouvoirs forts, telle que l’activité de cete imprimerie de Kisantu.

    Pensez-vous que si les Bakongo n’étaient pas sérieux et pacifistes, et s’ils avaient fait des rébellions et ou des guerres civiles entre les territoires, c’eut été imaginable que cela fût possible ?

    Non, maia personne ne se donne la peine de reconnaître cela et d’avoir une certaine considération à l’égard de des Baongo en payant les service quils rendent…?

    Mais vous vous rendez compte, un Gouverenement qui n’aurait plus une imprimerie nationale et qui fait imprimer les docuements officiels à une entreprise privée et ne paye pas ses factures ?

    Maia dans quel pays sommes-nous ?

    A-t-on imaginé qu’à l’époque des Belges et de la présidence du président Josepj KASA-VUBU ces imprimeries à Kisantu comme à Tumba, elles servaient aussi à imprimer les livres scolaires ?

    Payer les taxes à un gouvernement qui ne vous paye pas les travaux que vous exécutez pour lui, c’est le cynisme le plus bestial qui puisse exister et qui ne peut exister que dans un pays comme le nôtre

  9. Pour mettre un terme à ces genres d’ agissements de la part du gouvernement central il n’ ya pas trente six solutions ; je n’ en vois que deux :
    Soit c’ est l’ instauration du conféderalisme ou bien l’ independance total du Kongo Central .

  10. Buzoba dia budianga Bizengi ye salu biau.
    malheur à cet qui comprennent toujour en rétard.
    kiadi. mbueno za nkufi.

  11. c’est vraiment pas injuste,mais ce juste.
    car pour le MUKONGO zoba,MBATSHI travaille.voilà de betise.
    Ah! katuka.

  12. Une créance de plus de 3 millions de dollars est un manque à gagner pour la Sodac…(c’est une grosse somme d’argent dans une province comme le Bas-Congo).
    Ce dossier révèle l’attitude prédatrice de certains ministères congolais qui provoque moult dépôts de bilan…
    Je ne serais point surpris d’apprendre que cette facture de 3,15 millions
    de dollars avait été , bel et bien acquittée mais que l’argent y afférent , avait été empoché par quelqu’un d’autre. Nous pouvons le savoir, si nous nous attelons à investiger sur cette affaire…

    Nous ne pouvions point intervenir dans la gestion comptable d’une entreprise (privée car la SODAC est une entreprise privée dont l’actionnaire principal est une ramification diocésaine de l’Eglise catholique ou à moins que cela ne soit pas ainsi) mais , naturellement, nous sommes en droit de demander à l’Archèveque de Kisantu et , au Cardinal Mosengwo de jouer de leur influence auprès du sérail présidentiel.
    Car, en mon sens, le premier ministre n’aura point d’ascendant moral ou d’autorité sur l’actuel PDG de la DGI ou sur le ministre actuel des Finances.
    Un de point d’entrée de cette techno-structure présidentielle est un originaire de Kisantu : le conseiller Gondha .
    En outre, cette affaire m’autorise , également de formuler quelques questions :

    Pourquoi attendre 2 ans pour réclamer une facture non payée par la DGI ?

    Pourquoi, Mgr Nsielele n’a pas soumis, en tempes et en heure, le dossier de cette créance à l’appréciation du cardinal Mosengwo ?

    Après constat d’un non-paiement de cette grosse facture, le Sécretaire général ou le Président de la Sodac( Mr Nsielelé)aurait dû solliciter , l’intervention du gouverneur Mbatshi ou des élus ne-kongo de la province
    du Bas-Congo. Puisque ce non-paiement de cette facture a entravé le bon fonctionnement de l’Imprimerie 5sodac).N’oublions pas qu’il y a eu 30 personnes mises au chômage sur 42 salariés existants.Ce qui explique que la Sodac rencontrait un réel problème de trésorerie.

    Force est de constater (d’après le texte de l’IBC) que la sodac est mise en difficulté par un client principal( le minstère des Finances ou l’Etat Central).
    Je conclus en évoquant un proverbe kongo “fuu kia nkélé , ku Mputu kiatuuka” (le défaut du fusil vient de l’Europe).Dans notre RDC, l’Etat est devenu /est toujours un mauvais payeur de ses dettes.Sodac n’est pas la seula victime de cette pratique de prédation de l’Etat sur les entreprises congolaises .
    Toujours est-il qu’il ne faut pas lâcher le morceau.Il faut aller jusqu’au bout en demandant une audience en tête-à-tête avec le président Kabila (son conseiller Ghonda peut arranger cela , puisque le président descend régulièrement dans le Bas-Congo en 4×4 ).

    Mieux: une banderolle avec inscription ” AIDER LA SODAC à SAUVER SES EMPLOIS en payant la facture de X montant en dollars ” déployée au bord de la RN1 ,lors d’une visite présidentielle ; serait plus efficace qu’une audience filtrée par le service du protocole présidentiel.

  13. C’est vraiment de l’injustice.Finalement ce gouvernement de Kin se joue du Bas-Congo.Espérons que Deo Nkusu va effectivement s’impliquer.Vous avez un cahntier qui s’appelle emploi et le comportement pousse à en faire perdre à ceux qui en possèdent déjà.N’importe quoi,vraiment.

Poster une réponse


Commentaire récent

  • Tuto Trader: Le sujet me passionne et devra doreanavant faire figure de reference !
  • NGIMBI VANGU SIMONT: Bonsoir JEAN MARIE MULATU je voudrai savoir ou les bankongos entier ou tu as fait tons études...
  • NKOSI SIKELELE: Nous sommes souvent distrait dans beaucoup d’évènements nous les congolais. Quand Kinshasa...
  • kala ye nduenga: La décision prise par l’autorité politico-administrative de la place est bonne. La fermeture...
  • Don Pépé Mpela: Franchement, les Né Kongo sont ….. Comment vous n’arrivez pas à comprendre que les ex Mai...