Bas-Congo : la campagne de riposte synchronisée contre la poliomyélite pour tous les âges ; les adultes boudent

 

HG de Kinkanda

HG de Kinkanda

Au Bas-Congo, au sud-ouest de Kinshasa, par manque des moyens financiers, la campagne de riposte synchronisée contre la poliomyélite pour tous les âges a concerné seulement les zones frontalières. Mal informés, certains adultes refusent d’être vacciner. Ce qui constitue  un danger pour cette phase de prévention.

 

 

 Berthe Nkuku, médecin épidémiologiste provincial et responsable de l’Oms reçoit ces deux gouttelettes du vaccin Vpo lors du lancement de cette campagne de vaccination à Kinzau-Mvuete, à 60 Km de Matadi. Devant une foule, Berthe Nkuku lance ‘’ cette vaccination est généralisée. Elle concerne tous les âges confondus. Ce, pour prévenir ce virus qui a ravagé la République du Congo voisin.’’

Au second semestre de cette année, 220 cas ont été notifiés dans certaines villes de la République du Congo notamment  Brazzaville, Pointe-noire, etc. 105 décès ont été enregistrés. Cette épidémie avait plus une prédilection de la tranche de 0 à 15 ans. Pour contrecarrer la propagation de ce virus, 16 zones de santé des cités du Bas-Congo frontalières à la République du Congo sont concernées pour cette phase.

Il s’agit de Gombe-matadi, Kinzau-Mvuete, Kibunzi, Luozi, Mangembo, Sekebanza, Boma-Bungu, Moanda, Kitona, Lukula, Kangu, Vaku, Kizu, Tshela, Kikonzi, Kwimba.

Fort malheureusement, certaines personnes âgées affichent la méfiance. Accompagnants Deo Nkusu, vice- gouverneur de province, quelques membres de la délégation déclinent cette vaccination. ‘’C’est ridicule d’être vacciné à mon âge.’’, déclare un  membre à l’un des vaccinateurs à Luozi, à 235 Km de Matadi.

’Tu risques d’être à la hauteur de la propagation du virus au cas où il se déclarait en province.’’, réplique le vaccinateur.

Pour Docteur Jean- baptiste Mabunda, Médecin coordonnateur provincial du Programme de vaccination, ‘’ce virus a des conséquences fâcheuses surtout pour les adultes. On parle de la mort soit de la paralysie irréversible.’’

Il a fait savoir que bien que le Bas-Congo connaisse des mouvements migratoires, des zones à risque seulement sont concernées compte tenu des moyens financiers.

 Débutée le 12 Novembre dernier, cette campagne prendra fin le 16 Novembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.