Matadi : audience des prévenus accusés de vouloir se soulever contre le pouvoir

Matadi : audience des prévenus accusés de vouloir se soulever contre le pouvoir
Quelques prévenus/Photo Dany Kinda

Quelques prévenus/Photo Dany Kinda

Affaire auditorat militaire de garnison contre le prévenu  Awewe et consort, première audience publique aujourd’hui au Tribunal de garnison de Matadi à la paillote à Matadi à 365 Km de Kinshasa. Le tribunal siégeant en matière répressive a procédé à l’identification des prévenus accusés notamment d’insurrection dont Patrick Palata, Directeur provincial de Cctv. Ses Avocats ont plaidé pour sa liberté provisoire.

Descendus d’un camion à benne, les 83 prévenus menottés  étaient visiblement inquiets. Ils ont été appréhendés début fin décembre dernier ,début février à Mbatasiala, Maduda, Matadi entrain d’organiser un mouvement insurrectionnel dont la jonction s’est faite à Pointe-Noire, Nkayi et localités frontalières à Kimpangala  à en croire le ministère public. Celui-ci ajoute qu’ils avaient reçu la promesse d’être ravitaillés en armes et portaient des foulards rouges avec mention : Arp, signe d’adhésion à ce mouvement. L’objectif serait de renverser le pouvoir.

Les griefs retenus à leurs charges sont: ’’participation à un mouvement insurrectionnel, violation de consigne, désertion avec complot et violation simple en temps de paix’’.

L’identification a relevé selon la  déposition des prévenus que 28  sont des militaires (Ex Forces armées zaïroise, Forces armées congolaises, branche armée de Jean-Pierre Bemba et d’Azarias Ruberwa), les autres qui se sont dits civils sont des jeunes qui proviennent de Pointe-Noire en République du Congo .80% sont originaires de l’Equateur. Ils seront défendus par un collectif d’Avocats.

Recherche de la liberté provisoire

De façon particulière, Patrick Palata, Directeur provincial de Canal congo télévision(Cctv), une chaîne de l’opposition, est assisté par 4 Avocats. Ils ont sollicité auprès du tribunal  sa mise en liberté provisoire. ‘’ Notre client est responsable, son domicile est connu, lors de son arrestation, la population a clamé son innocence, c’est la raison pour laquelle, il y a un monde ici…voilà pourquoi nous sollicitons pour lui cette liberté provisoire conformément à l’article 17 de la constitution, aux textes qui régissent les droits communs…’’, a lancé Jacques Zakayi, le bâtonnier appuyé par ses confrères. ‘’Il est aussi dangereux que les autres détenus. Si la population a clamé son innocence, c’est parce qu’il lui avait dit que bientôt, il deviendra une importante autorité dans ce pays. De sérieux indices de culpabilité reposent sur lui. Normalement, la sanction est la peine de mort’’, a soutenu, le ministère public. 

Le Directeur de Cctv a été arrêté pour avoir remis de l’argent et du riz à deux anciens Forces armées zaïroise. Il serait en contact avec le Général Faustin Munene, chef de l’Arp.

Le Juge Président qui a renvoyé la prochaine audience au vendredi prochain pour permettre aux Avocats de compulser le volumineux dossier a signalé que c’est en cette journée que le tribunal va se prononcer au sujet de la demande de mise en liberté provisoire de Patrick Palata.

Leave a Reply

Your email address will not be published.