Bas-Congo : encore des efforts pour lutter contre la trypanosomiase

Bas-Congo : encore des efforts pour lutter contre la trypanosomiase

Un piège des mouches tsé-tsé/infobascongo

Bien que le taux des malades atteint de Trypanosomiase ou maladie du sommeil soit réduit au Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa, la possibilité de sa recrudescence guette. Le dépistage relève des cas positifs. Les structures qui interviennent dans la lutte de cette maladie ont réfléchi dans la salle de l’OMS Kinkanda à Matadi sur notamment comment centrer les activités pour plus d’efficacité.

Bonne performance répondant aux normes de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) :‘’Le taux de prévalence de la maladie est aujourd’hui de 0,18% pourtant autrefois, il était de 0, 32%’’, relève le bureau provincial de lutte contre la Trypanosomiase. Cette réduction de la prévalence est aussi on ne peut plus vrai à Patu en territoire de Lukula où à Kiezila, dans un centre de santé,’’30 cas ont été répertoriés en 2009 contre 21 cas en 2010’’.  Kimpese dans les Cataractes est la Zone la plus touchée.

Conseiller technique principal de la Coopération Technique Belge/Trypanosomiase, Dr Win Vander Veken, dubitatif sur ces chiffres lance : ‘’Quand vous avez un chiffre comme ça, il faut le multiplier par 4 pour se rendre réellement compte de l’ampleur de la maladie’’. Et Dr Victor Kande, Directeur du programme de lutte contre la Trypanosomiase d’enrichir : ‘’ 1 seul cas est un problème pour cette maladie endémique. Et, il faut bien chercher ses corollaires Il suffit d’une distraction pour que nous revenions à la situation du Bas-Congo, historique sur la Trypanosomiase’’. (Endémie, possibilité de desceller plusieurs cas, Ndlr).

La maladie du sommeil est causée par le trypanosome, transmise par la mouche tsé-tsé. Qui s’attaque au cerveau provoquant des troubles de comportement, la somnolence, le coma…’’Beaucoup de gens en meurent parce que la plupart de temps, ces symptômes sont confondus parfois au paludisme et au VIH/Sida’’, regrette Dr Aimé Umba, Médecin Chef de Zone de Lukula.

Le traitement à la Pentamidine qui est gratuit permet de recouvrer la santé selon le stade entre 8 jours et 14 jours. La lutte vectorielle, elle consiste à capture les mouches à l’aide des pièges.

Prendre en charge la lutte

La Structure mixte de concertation locale composée de la CTB, Memisa Belgique, Secrétariat général du ministère de la santé, experts engagés dans la lutte…a évalué le travail réalisé en 2010 et a présenté le plan pour 2011. Pour cette année, l’enveloppe s’est davantage amoindrie. Le Bas-Congo est appelé à soutenir la lutte. Déjà, elle vient de s’engager dans la lutte sur le vecteur. ‘’ C’est une bonne chose mais il faut qu’il fasse mieux’’, a lancé un médecin. Sur toute l’étendue de la province, il n’existe qu’une unité mobile pour une population estimée à près de 3,6 millions d’habitants. Autres fois, il y avait 8 unités mobiles (unité mobile, véhicule ainsi que techniciens qui vont des villages en villages pour dépister les habitants, Ndlr).

Leave a Reply

Your email address will not be published.