Matadi : la solution trouvée en faveur des enseignements va à l’encontre de la gratuité de l’enseignement

Matadi : la solution trouvée en faveur des enseignements va à l’encontre de la gratuité de l’enseignement
 
 
 
 

les élèves de primaire

Les  enseignants des écoles primaires publiques de Matadi, à 365  Km de Kinshasa ont effectivement  renoués avec  la craie . La solution trouvée pour eux,foule  aux pieds les intructions gouvernementales sur la gratuité de l’enseignement au dégré moyen du primaire. Même les élèves du degré élémentaire doivent payer les frais scolaires. Pour sauver l’année,les parents s’inclinent malgré eux.

Ce  mardi est le 2è journée de la rentrée des classes dans toutes les écoles de Matadi. Les cours ont bel et bien repris.  Cette rentrée est la résultante de la réunion de concertation du 29 septembre dernier entre le ministère provincial de l’éducation, les délégués syndicaux et la synergie des enseignants . Le gouverneur a pris un arrêté  fixant le taux de frais de scolarité pour cette année scolaire .   » Avec cette avancée,nous pouvons renouer avec la craie »,avait invité Nsilulu,le président des syndicalistes . Les élèves de 1ère en 4ème primaire paient 3750 Fc (4 $) pour la motivation des enseignants. Ceux de 5ème et 6ème paient 12500 Fc (14 $) soit 11000 Francs pour l’enseignant et 1500 pour les différents bureaux…’’

Programmée pour le 5septembre dernier,la rentrée des classes n’a jamais eu lieu au niveau primaire à Matadi.les enseignants des écoles publiques réclamaient :‘’l’uniformité de salaire, l’effectivité de la gratuité pour les élèves du primaire, la mécanisation des certains enseignants,…’’ Outre cette décision,le gouverneur a promis que le gouvernement provincial mettra à leur disposition 10.000fc(11$). Le ministère provincial de l’éducation s’y penche.

Bien que les parents ne soient pas contents de payer .les frais de scolarité tels que fixés par le gouvernement provincial,ils se disent n’avoir pas de choix. ‘’ J’accepte de payer cette somme pour éviter que les enfants subissent les conséquences d’une année blanche. Les documents parlent de la gratuité alors qu’en pratique, c’est une  autre chose. C’est regrettable !’’, rouspecte Laurent  Mpaka, un parent.

Depuis l’année passée,les élèves des classes de 1ère,2ème et 3ème sont exemptés du paiement des frais scolaires conformément à l’arrêté du ministre national de l’enseignement primaire ,sécondaire et professionnel. L’Unicef qui soutien cette décision du gouvernement continue de diffuser des spots dans les médias invitant les parents à envoyer leurs enfants à l’école car, »elle est gratuite. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.