Bas-Congo : les membres de la société civile désavouent leur coordination

Bas-Congo : les membres de la société civile désavouent leur coordination

Membres de la société civile et partis politiques du Bas-Congo/Infobascongo

Les teams leaders, membres des groupes thématiques et acteurs non étatiques de la société civile forces vives du Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa viennent de récuser leur coordination provinciale. Motifs : la politisation de la société civile et l’illégitimité de la coordination.

Les 60 structures de la société civile qui ont signé ce document citent six membres de la société civile qui ont été candidat à la députation nationale en novembre 2011 pour le compte des partis politiques .Parmi eux : Pierrot Mvumbi, président de la société civile qui s’est présenté à Muanda comme candidat pour le compte du Pprd, le parti présidentiel. Toujours dans le cadre de la politisation de la société civile, elles font allusion à Didier Mambweni, le vice-président qui a été conseiller de Pamphile Badu, ancien ministre provincial des Sports.

Début février 2012, le symposium national de la société civile de la Rd Congo tenu à Kinshasa avait arrêté, la déchéance de tous ses membres qui ont été des candidats des partis politiques.

Autre grief : l’illégitimité des membres de la coordination provinciale de la société civile. Les teams leaders, membres des groupes thématiques et acteurs non étatiques signale que, c’est depuis le 7 novembre 2010 que la coordination est fin mandat. ‘’Par ce fait, les membres sont illégitimes, déclare la…En plus, elle n’a jamais organisé des assemblées générales, fait des restitutions à la base et fonctionne sans règlement d’ordre intérieur  ’ ’.

Ils ont mis en place un comité de crise composé de 12 membres qui sera dirigé par Valentin Vangi pour ‘’réorganiser, redéfinir et requalifier la société civile jusqu’à nouvel ordre’’.

Réponse du berger à la bergère

Cependant, la coordination rejette en bloc cette décision. ‘’ C’est un coup d’épée dans l’eau. C’est l’assemblée générale qui doit le faire. Etienne Lutete est connu pour ses fautes. Il a reçu un coup de pouce des politiciens après notre déclaration sur la gestion de la province’’, a déclaré Didier Mambweni, vice-président de la société civile.

La semaine passée,la société civile du Kongo Central ainsi que des partis politiques avaient décrié la gestion de Deo Nkusu,le gouverneur de province intérimaire dans une déclaration.

Leave a Reply

Your email address will not be published.