Bas-Congo : des réactions face à la liberté provisoire de Jean-Pierre Bemba

Bas-Congo : des réactions face à la liberté provisoire de Jean-Pierre Bemba
Partagez
Photo Internet

Photo Internet

C’est depuis 10 heures que la nouvelle de l’autorisation de la liberté provisoire de Jean-Pierre Bemba se répand comme une traînée de poudre au Bas-Congo, au sud-ouest de Kinshasa. La Cour pénale internationale (Cpi) de la Hayes s’est enfin décidée mais le pays hôte reste un problème à résoudre.Quelques réactions face à cette nouvelle.

 

« C’est une grande satisfaction pour nous militants du Mouvement pour la libération du Congo (Mlc). Nous attendons d’être fixés sur le pays d’accueil. Les avocats vont multiplier les efforts pour obtenir la liberté définitive de sorte que le chairman puisse se présenter aux élections de 2011. », a fait savoir heureux Pambu Mabanga Mabaro,secrétaire exécutif fédéral du Mlc/Bas-Congo.

Pour Babel Babomba, Coordonnateur d’Elite en action,une Ong à Matadi, chef-lieu du Bas-Congo : « Judiciairement, c’est tout à fait judicieux car cette décision est une conséquence logique de la procédure en la matière. Mais surtout nous pensons que la Cpi espère ainsi susciter un élan de confiance soutenue dans le chef des Africains. En aidant ainsi à faire triompher la justice et la vérité. Cependant il y a lieu de dire qu’une liberté provisoire est une liberté relative et restreinte. Toutefois, vu l’évolution de cette affaire, la relativisation des faits portés contre J.P.Bemba est évidente. Contrairement aux prétentions originaires du procureur Ocampo par rapport à sa responsabilité personnelle, réelle et directe. Du point de vue politique, je salue cette décision, JP.Bemba étant un homme politique, son retour sur scène pourra aider l’opposition à mieux s’organiser pour constituer un contrepoids valable et crédible face au pouvoir en place. Gage d’un bon équilibrage des forces politiques dans une démocratie. Sur ce, nous souhaitons que la Cpi fixe son sort dans un délai raisonnable afin de lui permettre dans le cas d’un acquittement de venir apporter sa pierre dans ce vaste chantier de la reconstruction de la RDCongo. »

Quant à Apollinaire Soka, analyste politique à Boma, deuxième ville du Bas-Congo : « Les chefs d’Etat africains sont mécontents. Ils crient à l’injustice. La Cpi est impitoyable pour les Africains mais fort clémente pour les Blancs. Je crois que la Cpi essaie ainsi de redorer son image. Par ailleurs, il est un fait que les grands de ce monde veulent inculquer une nouvelle vision de la démocratie en Afrique avec le discours d’Obama au Ghana, la visite d’Hillary Clinton. En revenant en RD. Congo, il faut dire qu’avec JP.Bemba libre, nous espérons que l’opposition politique ainsi ragaillardie pourra émerger et jouer le contrepoids. Il pourra même de loin influencer positivement la marche de la démocratie. Avec l’écrasement de Vital Kamerhe, président de l’assemblée nationale, les Congolais se trouvaient face à la seule voix de l’Alliance de la Majorité Présidentielle. Voilà, maintenant, ils pourront entendre un autre son de cloche. C’est une liberté provisoire certes mais devant un document de 10000 pages balayé par les avocats des accusés on peut dire que nous tendons vers la vérité soit, la liberté future de celui-ci, lavé. N’oublions pas qu’il y avait des hommes politiques en République centrafricaine qui n’ont jamais été inquiétés. De plus, JP. Bemba a obtenu plus de 40% des voix aux élections, preuve qu’un bon nombre de Congolais sont derrière lui“.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*