Matadi : Une altercation entre des étudiants du CIDEP et la Police fait 9 blesses

Matadi : Une altercation entre des étudiants du CIDEP et la Police fait 9 blesses
Photo Infobascongo

Photo Infobascongo

Une altercation entre les étudiants du Cidep, université ouverte et la police a eu lieu hier 7 septembre devant le gouvernorat du Bas-Congo. Cela faisait suite à la barricade de la route par ces étudiants qui n’ont pas pu remettre au Gouverneur leur mémorandum au terme de leur marche de protestation. 9 étudiants ont été blessés.

Certains se sauvaient et d’autres en venaient aux mains avec la police qui leur donnaient de coups de matraques. Pourtant au départ  de leur marche à Londé, à Matadi à l’extrême ouest de Kinshasa ces derniers assuraient leur sécurité. Ce revirement est arrivé lorsque ces étudiants ont suscité un embouteillage en  barricadant la route qui mène à la Cathédrale Notre Dame. C’était une façon pour ces étudiants, une cinquantaine  de manifester leur indignation car, ils s’attendaient à ce que Simon Mbatshi, le Gouverneur vienne recevoir leur mémorandum. Neuf de ces étudiants ont été blessés.

Cette marche a été initiée par les étudiants en vue de bouder la décision prise en début de ce mois par le conseil national des Ministres enjoignant à cette Université de ne plus jamais inscrire d’étudiants. Cela signifie donc que le gouvernement consacrait la mort du Cidep, Université ouverte. Le fondement de cette décision pour Mashako Mamba, Ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire se justifie par le fait que : « le Cidep a pour vocation première la formation professionnelle. Mais aussi la qualité des enseignements est médiocre par manque de professeurs et de locaux ». Ce que certains étudiants n’acceptent pas. Portant des cartons et planches où il était écrit Repose en paix (Rip) Mashako, ils scandaient des slogans contre le Ministre. Par contre, ils clamaient  leur soutien au Chef de l’Etat. 

Ce centre qui s’est mué en université organise maintenant la licence et se trouve même fonctionnel dans les juridictions les plus reculées de la province. En manque cruel des professeurs, ce sont des gradués qui y enseignent. Certains étudiants n’ont pas de diplômes d’Etat, condition essentielle  pour étudier à l’université.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.