Interview : le Bas-Congo armé contre la grippe porcine

Interview : le Bas-Congo armé contre la grippe porcine
berthe Nkuku/photo infobascongo

berthe Nkuku/photo infobascongo

Maladie respiratoire aigue, hautement pathogène provenant d’une combinaison des virus humain, aviaire et porcin, la grippe A (H1N1) touche surtout les jeunes adultes. Le Katanga a enregistrée un cas du virus H1N1. Le Bas-Congo au sud-ouest de la RDC a pris toutes les dispositions pour l’éviter. Interview avec Berthe Nkuku, médecin épidémiologiste provincial et responsable de l’Oms.

Infobascongo (IF) : Madame Berthe Nkuku (BK), quelles sont les mesures préventives prises au niveau de la province du Bas-Congo pour contre carrer le H1N1 ?

B N : La première des choses, nous avions actualisé notre plan de contingence, c’est-à-dire le plan riposte pour un cas quelconque de grippe confirmé dans la province. Nous avons vulgarisé à tous les niveaux les décideurs. Deuxièment, nous avons renforcé la sensibilisation tout en commençant par rendre opérationnel et dynamique le comité de crise au niveau provincial, au niveau de district, voire les zones de santé. Nous avons un comité en permanence où nous organisons des rencontres journalières. Au cours de ces réunions, nous partageons les informations sur les cas suspects, les investigations à mener, le prélèvement à effectuer, et les autres informations additives que dispose l’OMS.

IF : Concrètement, comment sensibilisez-vous la population du Bas-Congo ?

B N : Nous sensibilisons à tous les niveaux. Nous avons réuni les cliniciens en prenant compte des villes à hauts risques de propagation telles que : Matadi, Boma et Muanda. La vulgarisation est passée par toutes les zones de santé de la province. La sensibilisation a touché aussi les médias, les autorités politico administratives. Dans les jours avenirs, le ministère de la santé aura une tranche médiatique pour davantage sensibiliser. Nous comptons aussi organiser une rencontre entre les différentes autorités des écoles pour atteindre les élèves. Car, les enfants, sont considérées comme cible à haut risque. Nous sommes à pied d’œuvre. En ce jour, nous sommes également en contact avec l’assemblée provinciale pour souscrire à ce retour des réunions parlementaires où nous allons renforcer la sensibilisation auprès des élus du peuple. Eux à leur tour, vont vulgariser leurs bases. C’est ainsi que toutes les couches seront touchées par la vulgarisation. Par ailleurs, la sensibilisation continue sur base des dépliants et des affiches géantes que nous avons rendu disponibles. Ces documents expliquent en détails les mesures de prévention, les définitions des cas, etc.

IF : Que ferez-vous si un jour, la province connaît un cas de virus H1N1 ?

B N : Toutes les dispositions sont prises. Les questions telles que comment il faut prendre en charge « le suspect » : où, qui, avec quoi, nous saurons y répondre. Au fait, nous sommes prêts à faire face aux cas suspects s’ils venaient à être signalés. En plus, les médicaments nécessaires sont là. Le personnel est aussi suffisamment formé pour la prise en charge.

IF : Quel conseil donnez-vous à la population du Bas Congo ?

B N : Ne soyons pas distrait. La RDC n’est pas indemne de la grippe A(H1N1). Le pays est déjà contaminé. Un cas a été enregistré dans la province du Katanga. Il n’y a pas de vaccin. Pour ce faire, les mesures de prévention sont indispensables pour protéger notre population notamment la salubrité de nos milieux surtout hospitaliers, la notification précoce d’un cas suspect c’est-à-dire celui qui présente les signes d’une grippe quelconque (la toux, fièvre, courbature, éternuement) . Il faut aussi informer le personnel de santé pour assurer le traitement symptomatique. Nous insistons sur les mesures d’hygiène individuelle. Savoir utiliser un mouchoir à usage unique. Eviter les accolades (embrassades) pendant cette période de pandémie. Nous courons un grand risque. Alors protégeons- nous.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.