Mbanza-Ngungu : Le trafic des véhicules sur la nationale n° 1 interrompu par les étudiants du CIDEP

Mbanza-Ngungu : Le trafic des véhicules sur la nationale n° 1 interrompu par les étudiants du CIDEP
Partagez
Etudiants cidep Mbanza-Ngungu/Photo Infobascongo

Etudiants cidep Mbanza-Ngungu/Photo Infobascongo

Les étudiants du Cidep, Université ouverte de Mbanza-Ngungu à 245 km de Matadi ont barricadé depuis 16h30 la nationale numéro 1 Matadi-Kinshasa à la hauteur du poste de police de la cité. Ils s’insurgent contre la décision du gouvernement centrale enjoignant cette université à ne plus inscrire les étudiants car, elle ne remplit pas les conditions.

 Plus de cent véhicules ne peuvent plus circuler. Ils sont retenus captifs par des pneus qui brûlent, des tables, des pierres…A côté, près de 60 étudiants en colère armés de bâtons, pierres…chantent et scandent des slogans contre Léonard Mashako,Ministre de l’enseignement supérieur et universitaire(Esu). Par moments, ils lancent un appel de soutien à Joseph Kabila, Chef de l’Etat. ’’ C’est lui le magistrat suprême, qu’il s’occupe de notre cas.’’, disaient-ils.

Début septembre, le conseil des Ministres avaient interdit toute inscription dans cette université ce, sur proposition de Léonard Mashako. Il avait été demandé aux autorités du Cidep de reprendre sa vocation première, celle d’un centre de formation. Ce qui revenait à dire que le gouvernement ne le reconnaissait plus comme université. Il a  évoqué notamment : la carence des enseignants (une moyenne d’1 professeur pour 500 étudiants), la présence des personnes qui n’ont pas qualité qui y enseignent, des locaux inexistants (sur  ses 4 00 sites en RD Congo, un seul campus a des bâtiments), la présence des étudiants qui n’ont jamais obtenu de diplômes d’Etat pourtant préalable pour des études supérieures et universitaires…

Depuis, les étudiants de cette institution dont certains ne savent plus à quel saint se vouer, mènent des actions de protestation. ‘’ Nous cherchons tout simplement à faire entendre nos voix. Car, que deviendrons-nous maintenant ? Je suis en 3è graduat de droit. Combien d’argent n’ai-je pas dépensé ? ’’, se demande énervée Katalay.

La situation vient d’être décantée par Kule Bubazo, le commissaire de district des Cataractes. Les véhicules ont repris de circuler. Kule Bubazo a promis de remettre à qui de droit leur mémorandum.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.