Matadi : l’Ambassadeur d’Ukraine n’a pas pu visiter ses compatriotes

Matadi : l’Ambassadeur d’Ukraine n’a pas pu visiter ses compatriotes
 

 

Ambassdeur ukrainien et le Ministre provincial de la justice

Ambassdeur ukrainien et le Ministre provincial de la justice

Sergey Mishustin, Ambassadeur d’Ukraine en RDC est arrivé aujourd’hui. Objectif : visiter ses compatriotes se trouvant dans le navire Island of luck et ceux détenus. Ils sont accusés d’avoir jetés dans l’eau des clandestins. Pour des raisons techniques et de respect de la hiérarchie évoquée par le gouvernement provincial, cela n’a pas été possible en cette journée. 

 ‘’ Je viens voir les 12 Ukrainiens se trouvant dans le navire et les 3 qui sont détenus.’’, demandait l’Ambassadeur à Me Nicolas Mabeka, Ministre provincial de la justice et des droits humains. Lui, venu du Gabon, siège de l’Ambassade, Madame le Consul d’Ukraine, et un de ses collaborateurs en provenance de Kinshasa étaient reçus dans la salle de banquet de la résidence du Gouverneur à Matadi à 365 km de Kinshasa. Le Ministre était accompagné de son collègue du Transport, du Procureur général et des responsables des services spécialisés.

Il y a près de 3 semaines,l’équipage du navire Island of luck battant pavillon Panaméen composé de 15 Ukrainiens,7 Philippins et d’un Ghanéen avait jeté des clandestins à la hauteur du village Kongolo à 3 km de Matadi. Selon les rescapés, ‘’ ils avaient été tabassés avant d’être ligotés et jetés.’’. A la préoccupation de l’Ambassadeur,  Nicolas Mabeka de répondre : ‘’ Vous ne pouvez voir vos compatriotes qui se trouvent dans le navire que demain. Quant à ceux qui sont en prison, je dois avoir l’aval du Ministre national de la justice. Et puis, ils doivent être transférés à Kinshasa pour leur sécurité.’’, a-t-il  fait savoir avec douceur. Parmi ceux qui sont dans l’institution carcérale du Camp Molayi : le Capitaine et deux marins. Le désir de Sergey Mishustin était surtout d’embarquer dans une vedette pour entrer dans le navire ou s’y approcher pour entretenir ses compatriotes. Malheureusement, il lui a été dit qu’il n’y en avait pas. Il lui a été proposé un remorqueur de l’Office national des transports (Onatra) qui devait tirer le navire jusqu’à un quai au port de Matadi où il pouvait demain les rencontrer. Il s’est dit déçu. ‘’ Je rentre déjà aujourd’hui. Je regrette que je ne puisse pas voir mes compatriotes. C’est inimaginable. . On me dit qu’ils n’ont plus de nourriture, de l’eau, du carburant. Pourtant, j’avais informé votre hiérarchie.’’, s’inquiétait-il. Madame le Consul d’ajouter : ‘’ Mais que reprochez- vous à nos compatriotes ? Pourquoi  avoir ravi leurs passeports ? Et comment n’avoir pas dit aux détenus leurs griefs ?’’. Selon le Procureur général,’’ les conditions de l’équipage et des détenus ne sont pas alarmantes. Ils ont d’ailleurs des avocats. L’enquête elle, se fait dans les meilleures conditions. L’affaire sera bientôt fixée.’’. Le Directeur provincial de la Direction générale des migrations a réfuté l’argument selon lequel leurs passeports avaient été ravis. ‘’ Ils les ont laissés eux-mêmes dans notre bureau quand ils sont venus pour être entendus.’’,défendait-il. Non convaincu, l’Ambassadeur rétorque : ‘’ Je ne les vois pas tous venir les déposer.’’. Madame le Consul de demander encore: ‘’ Comment faire pour déplacer nos sujets en Ukraine pour des soins ? ‘’. Ministre des Transports, Kinkela répond : ‘’ Les cales sont bloquées. Il s’y dégage une odeur nauséabonde. Est-ce des hommes et du poisson ? Le dispositif d’électricité ne fonctionne plus. Qu’ils restent là, c’est le risque du métier. Ils ne seront pas tués. Nous devons savoir.’’. 

Au cours de cette longue entrevue, la délégation Ukrainienne évoquait un flou artistique autour du nombre des clandestins et de la torture que Martin Ngimbi aurait subie. Sa dépouille révélait des traces d’enfoncement d’un couteau. Elle a exigé une autopsie.

Avant de se lever, Sergey Mishustin a lancé : ‘’ J’espère que je reviendrai pour rencontrer mes compatriotes.’’.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.