Bas-Congo : des détenus au mépris de la loi

Bas-Congo : des détenus au mépris de la loi
Partagez

activistes des droits humainsAu Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa, certains détenus mettent plusieurs mois sans jugement. Les conditions carcérales étant rudes, d’autres s’en tirent mal.  Les activistes des droits de l’homme l’ont dénoncé aujourd’hui.  

’’Il est des détenus qui viennent de mettre 19 mois sans être jugés.’’, expliquait Me Pitshou Bitembo à Simon Mbatshi, le Gouverneur. Ce dernier détaillait  à l’autorité de province les différentes violations des droits de l’homme au Bas-Congo au terme de la marche organisée par l’Association Internationale pour la Défense des Droits de l’Homme(Aiddh). La marche  est partie de la commune de Mvuzi jusqu’au gouvernorat.

Dans les institutions carcérales du Bas-Congo où les conditions sont dures, si des prisonniers ne meurent pas, beaucoup finissent à l’hôpital. Parmi eux, certains n’ont jamais été jugés. Pascal Ngeno, lui avait enfin été libéré après 4 mois à la prison centrale de Matadi. Malheureusement, ce jeune de 25 ans avait tellement maigri et souffert que sa liberté n’était que de courte durée. Fin septembre, il a été retrouvé mort dans un bâtiment en construction.  Pourtant, le code de procédure pénale en son article 28 stipule : ’’ …la mise en arrêt provisoire ne peut aller  au-delà  de 2 mois 20 jours…’’. Pour Samuel Nzuzi, Président provincial de l’Aiddh, ’’ ce genre de violation des droits de l’homme doivent cesser ‘’. Simon Mbatshi a pris acte de leur mémorandum. ‘’Il doit y avoir une concertation entre vous, le Ministère provincial en charge de ce secteur et moi pour des solutions durables.’’, a-t-il  signifié.

 L’Aiddh a organisé cette marche pour célébrer en prélude de la  61e journée internationale des droits de l’homme.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.