Bas Congo : fête des martyrs du 04 Janvier, devoir de mémoire

Bas Congo : fête des martyrs du 04 Janvier, devoir de mémoire
Partagez

Photo Infobascongo

Photo Infobascongo

La population vient de se rappeler de ses martyrs de l’indépendance tombés sous les balles meurtrières des colons belges. Une gerbe de fleurs a été déposée par Marie Ludovick Manoka, ministre de genre et famille au cimetière de Ngadi, à Matadi, à 365 km de Kinshasa.

18 combattants reposent pour l’éternité dans ce cimetière de Ngadi. Après une cérémonie rituelle des chefs coutumiers, les autorités provinciales y ont pu accéder. Après une minute de silence, Marie Ludovick Manoka a déposé un bouquet des fleurs à l’une des tombes. Pour Marie ludovick Manoka, ‘’ c’est dommage que les jeunes ne soient pas nombreux à cette cérémonie. Ce que nous venons de poser comme acte, c’est le devoir de mémoire. Les jeunes doivent connaître l’histoire de l’accession de notre pays à l’indépendance. Plusieurs d’entre eux, ne savent pas qu’il y a eu soulèvements à Matadi. Je pense qu’on doit insister sur  l’éducation civique. ‘’

50 ans après l’éclatement des émeutes dans la ville portière, Ngadi est devenu un lieu symbolique et significatif. Il rappelle ses vaillants héros qui ont arraché l’indépendance.   André Mavinga, chef de division des anciens combattants, ayant droit de Soyo village,se souvient :
‘’En cette date, les colons ont dépêché un bateau au niveau du port pour tirer sur les marcheurs. Les blessés ont été conduits à l’hôpital général de Matadi. Les morts ont été enterrées dans une fosse commune à côté de la morgue de cette ville. Quelques corps  reposent ici à Ngadi.’’.

Pour Jean marc Nzeyidio, maire de Matadi, ‘’ au travers cette date, je puis dire qu’il y a des hommes qui se sont sacrifiés pour nous, pour cette nation. Nous devons pérenniser l’histoire et non  l’effacer. Elle doit être vulgarisée.’’

Pour Jean Pierre Longo, honorable, ‘’ c’est une date historique surtout pour l’église kimbanguiste. En 1959, les colons ont décidé de libérer les croyants de papa Simon Kimbangu. Ceux-ci se réunissaient en cachette. Vers les années 50, il y a eu un mouvement kimbanguiste. C’est ainsi que le 24 Décembre, les colons leur ont permis de prier librement.
En principe l’indépendance devrait intervenir déjà à partir de cette année.
Tous ces mouvements ont pu arracher l’indépendance.’’

Beaucoup d’habitants ont recommandé la clôture et l’arrêt de spoliation du cimetière de Ngadi,  seul lieu qui garde les traces de ces hommes qui se sont battus pour la province.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.