Matadi : renforcement des capacités des OPJ et des APJ

 

Des policiers seminaristes/photo Dany Kinda
Des policiers seminaristes/photo Dany Kinda

Le Bureau de la Monuc à Matadi a organisé du 27 au 28 avril 2010 un atelier de renforcement des capacités de 53 Officiers et Agents de Police Judiciaire sur l’administration de la justice et la lutte contre l’impunité. L’objectif de cette session est le renforcement des capacités des OPJ et APJ contre les arrestations arbitraires et les détentions illégales, avec un accent particulier sur les violences sexuelles. II s’est agit également de combler le déficit d’information à propos du rôle de la MONUC et de son mandat.

 

 
Améliorer l’éthique et la déontologie des OPJ et APJ près les juridictions de droit commun

Par Biliaminou Alao

De manière pratique la formation devrait permettre aux OPJ et APJ de respecter les procédures légales afin de d’éviter les arrestations arbitraires, les détentions illégales, les mauvais traitements, les extorsions, les mauvaises qualifications des infractions, les amendes transactionnelles illégales etc.

C’est pourquoi, dans son allocution d’ouverture, le Procureur Général près la Cour d’Appel du Bas Congo, Laurent Kintiba a rappelé aux officiers et agents de police judiciaire leur mission de recherche, de constat des infractions à la loi pénale pour rassembler les preuves et identifier les auteurs. En d’autres termes, leur rôle est d’appliquer et faire respecter les lois mises en vigueur par le législateur, mais surtout, d’œuvrer à la protection des droits humains, à la défense des libertés fondamentales et les bonnes mœurs. Cece dans la perspective d’une coexistence pacifique pour le respect de l’ordre public.

Des pratiques à corriger

A partir des insuffisances constatées à travers la lecture des procès verbaux qui lui étaient transmis par les OPJ, le procureur Jean Kapita Kanyama, l’un des formateurs, estime que trois officiers et agent sur dix n’ont par reçu la formation requise pour leurs fonctions. L’OPJ doit connaître la loi car on ne peut pas appliquer une loi sans la connaître, a-t-il indiqué : «nous avons estimé utile, avant de frapper ou de sanctionner, d’organiser une formation des formateurs qui a leur tour vont former les autres. Si après la formation nous constatons qu’il y a un mauvais comportement des OPJ et APJ dans l’exercice de leurs fonctions, nous serons en droit d’intervenir pour sanctionner»

.L’avis des bénéficiaires

Même si certains OPJ et APJ estiment que les réalités du terrain les font quelques fois, dévier des règles et pratiques idoines, l’un des participants à cette formation assure qu’ils vont maintenant se comporter comme des officiers responsables et suffisamment outillés pour assurer leur fonction.

Résultats attendus

A l’issue de la session les bénéficiaires devraient être en mesure d’améliorer sensiblement les pratiques dans l’exercice de leurs fonctions et contribuer à une meilleure prise en charge judiciaire des victimes de violences sexuelles. Aussi, ils devraient contribuer à la vulgarisation du rôle de la MONUC

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.