Bas-Congo : les membres du Mis pleurent Claude Nduku, artiste méconnu

 

 

 

 

 

dépôt des gerbes des fleurs

dépôt des gerbes des fleurs

Claude Nduku a Nzambi, leader du Mouvement de l’indépendance spirituel (Mis) surnommé ‘’makinu ma davidi’’ se repose désormais au cimetière familial à Lukuimba, à 16 km de Matadi, chef-lieu du Bas-congo. Emporté par une maladie, Claude Nduku était aussi artiste renommé.  

 

 

 

 

 

 Des chants religieux retentissent au stade Lumumba, à Matadi où la dépouille mortelle de Claude Nduku a Nzambi est exposée. Impuissants, les membres du Mis,  les autorités de l’église, la veuve, et d’autres personnalités regardent de près le corps de celui qu’ils appelaient affectueusement ‘’ le grand leader’’.

‘’ Connaissant bien la voie, Tata Claude  conduisait la troupe des croyants du Mis.’’, regrette Mwintu, membre du comité du Mis. Pour Dieudonné Tsheki, fidèle du Mis, ’’la population le considérait comme un aventurier seulement puisqu’elle ne savait  pas qui il était exactement.’’ Il reconnaît que ‘’Claude Nduku était non seulement père spirituel mais aussi conseiller, bienfaiteur et un grand artiste.’’

 Pendant huit ans, le leader du Mis a étudié à l’académie des beaux-arts, à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. En 1967, il participe au festival des arts nègres à Dakar. Deux ans après, cet artiste expose ses œuvres lors de la quinzaine culturelle à l’université Louvanium. En cette même année, il participe au festival des œuvres d’art à Montréal. Les années suivantes, Claude Nduku a entrepris un long périple pour le festival de l’art complet en Afrique du sud, Thaïlande, Corée du Sud, Afrique de l’Est…

 En 1971, Claude Nduku a Nzambi crée un mouvement culturel dénommé  Mis. ‘’…j’ai dû monter un orchestre visant à provoquer un réveil culturel, moral, social et spirituel. Au travers Mis, je veux encourager et remonter le moral d’une communauté et surtout d’une jeunesse plutôt désœuvrée et traumatisée partant de la misère et des privations. Mis est une œuvre de réhabilitation, elle promeut  la langue maternelle Kongo, des chansons d’espoir, d’endurance…’’, témoigne un extrait de son testament.

Les membres du Mip sont répandus dans le du monde. », a fait savoir Dieudonné Tsheki.

 Né à Matadi le 27 Juillet 1940, Claude Nduku est décédé à Paris, en France le 24 Mai dernier. Il laisse une veuve et neuf enfants. Duc Nduku, son fils aîné prendra sa relève.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.