Bas-Congo : séance de travail au profit des oev

Partagez

Séance de travail

Séance de travail

Au Bas-Congo, au sud ouest de Kinshasa, de plus en plus le nombre d’orphelins et enfants vulnérables (oev) prend de l’ascension par manque des moyens financiers. Hier des laissés-pour- compte,ils bénéicient aujourd’hui de l’attention du Programme multi sectoriel de lutte contre le vih/sida (Pnmls). ‘’ Plus de 65.400 oev sont identifiés dans le Bas-Congo pour ce premier semestre.’’, confie Jean Masumu, chef de bureau à la division des affaires sociales. Pourtant, l’annuaire statistique de l’édition 2009 renseigne que ‘’sur les 65.403 oev identifiés, 2.385 seulement bénéficient d’une prise en charge.’’

 

 Cette situation se justifie du fait que ‘’le Bas-Congo regorge en son sein des ports maritimes.’’, analyse Jean Masumu. Pour lui, la pauvreté a engendré le commerce sur le national numéro 1. Plusieurs commerçants se sont livrés au vagabondage sexuel.  ‘’Cette province est vulnérable au vih/sida, elle subit l’influence des frontières.’’ , explique Robert Ndundula, chef de bureau de Fond des nations-unies pour l’enfance (Unicef).

 Mai dernier à Kimpese, à 145 km de Matadi, le Pnmls a organisé un atelier sur l’évaluation de l’approche intégrée pilote des 4 p : Programme transmission des mères à l’enfant (Ptme), prise en charge des Oev, prévention du vih des jeunes et la prise en charge des jeunes et adolescents.  

Il a regroupé  25 participants venant des différentes structures de lutte contre le vih/sida. ‘’A mi parcours, nous avons pu faire le point sur l’état d’avancement du projet et baliser le chemin pour les deux années restantes.’’, a fait savoir Matthieu Luvunu, Coordonnateur provincial du Pnmls. Il ajoute qu’en termes des résultats, ils seront dans des marges acceptables.

Par ailleurs, tous les mécanismes ont été mis en marche pendant trois jours durant pour sauver cette classe juvénile ravagée par cette pandémie.

Efforts multipliés

‘’Les moyens financiers étant minimes, la prise en charge de tous ces oev est  difficile.’’, regrette Clémence Mitondo, chargée de la prise en charge au Pnmls. Elle informe que  leur structure fonctionne avec des fonds disponibles. Elle se réjouit du nouveau projet qui vient à la rescousse de ces enfants vulnérables. ‘’Grâce au projet de lutte contre le Vih/sida au Congo (Provic), un grand nombre des oev sera prise en charge.’’, espère-t-elle.

Pour bien mener ce combat, le Pnmls a associé les jeunes en vue de sensibiliser leur paire. ‘’Au sortir de cet atelier, nous allons renforcer la lutte en milieu des jeunes.’’, décide Fils Bodo, Coordonnateur provincial de Racoj Sida, une association des jeunes pour la lutte contre le sida. Pour Robert Ndundula, ‘’l’accent sera désormais mis sur la lutte contre la transmission  du virus de la mère à l’enfant.’’

Conscient de ce nombre croissant, le gouvernement provincial tient à multiplier des efforts et à s’impliquer dans les activités de lutte au travers la province. ‘’Cet atelier a servi de substrat nécessaire pour réorienter la politique provinciale de la lutte contre cette maladie incurable.’’, révèle Nicolas Mabeka, Ministre provincial de la santé.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.