Bas-Congo : moins de réquérants, une rallonge de l’opération révision du fichier électoral exigée

Partagez
 

 

Un bureau d'enrolement/infobascongo

Un bureau d'enrolement/infobascongo

A 18 jours de la fin de l’opération révision du fichier électoral au Bas-Congo au Sud-ouest de Kinshasa, les couacs observés lesquels ne favorisent pas l’enrôlement de la population poussent l’Assemblée et le gouvernement provincial à solliciter une rallonge.

 

 

 

 

 

Atou Matubuana, élu de la circonscription de Mbanza-Ngungu a fait une motion relevant que les centres sont éloignés des requérants (certains marchent sur une cinquantaine de Km), les policiers les rançonnent  parce que mal payés, les machines tombent en panne mais aussi qu’il y a carence des cartes…Pour lui, moins des gens se sont fait enrôlés.

D’autres Députés ont aussi relevé les mêmes problèmes. A Kimvula par exemple, c’est plus les habitants de Popokabaka dans le Bandundu qui souscrivent à l’opération révision du fichier électorale que les autochtones. De manière unanime, l’Assemblée a opté pour une commission mixte avec la Commission électorale indépendante(Cei), Bas-Congo en vue d’obtenir un report de 45 jours.

Félicien Mbedi, Ministre de l’intérieur qu’accompagnait Paul Tekasala, Coordonnateur de la Cei  est allé proposer à Deo Nkusu, Vice-gouverneur une rallonge de 30 jours. Il a même suggéré des bureaux ambulants. Car, sur près de 3.500.000 habitants, il n’y a qu’à peu près 1.800.000 enrôlés, un chiffre inférieur à l’enrôlement de 2005. 

Selon Paul Tekasala, des efforts ont été fournis pour trouver des solutions à certains problèmes dont on reproche la Cei. Il confirme qu’il y a assez de cartes . C’est ainsi qu’il sollicite une forte sensibilisation de la population.  » Il ne reste que 18 jours »,insiste-t-il.

A en croire un militant du Mouvement de libération du congo(Mlc) qui trouve que beaucoup ne souscrivent pas à l’opération révision du fichier électoral étant donné qu’ils n’ont ni confiance en leurs élus ni en ceux qui les dirigent, le social ne s’étant pas amélioré comme promis lors des campagnes.

Si certains se mettent en marge de l’opération, d’autres l’acceptent mais dans un autre but. ‘’ Puis que ma carte fait office d’identité, je la veux mais je ne voterai plus’’, lance sans gêne une étudiante attendant d’obtenir sa carte à Londé à Matadi à 365 Km de Kinshasa. D’après une autorité,l’essentiel est qu’ils obtiennent leurs cartes car,cela va permettre d’avoir plus de siège à Matadi,sa circonscription éléctorale.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.