Matadi : toujours pas embauchés,les journaliers de la régie de distribution d’eau en colère

Partagez
 

 

 

 

 

les journaliers et leurs familles dans la rue/infobascongo

les journaliers et leurs familles dans la rue/infobascongo

Les journaliers de la Régie de distribution d’eau de Matadi, capitale du Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa sont allés dire leur ras-le-bol à Deo Nkusu, le Vice- gouverneur en sa résidence officielle. Ils  accusent les autorités de cette entreprise publique d’engager leurs membres de famille pendant qu’eux attendent depuis plus d’une décennie.

 

 

 

 

 

 Accompagnés de leurs enfants et épouses,  80 journaliers en colère se sont présentés chez Deo Nkusu. Blaise Dizolele, Président provincial du Collège des journaliers de la régie de distribution d’eau (régideso) a lu le mémorandum au nom de tous ses collègues. ‘’ Une révision à la baisse de 50% a été observée sur nos salaires pour des raisons ignorées et il a été retenu la quotité de 3,5% sur tous nos  revenus pour le compte de l’institut national de sécurité sociale . Pourtant,personne n’a reçu la carte, le numéro matricule encore moins l’attestation d’exemption », accuse Blaise Dizolele,Président provincial du collège des journaliers de la Regideso. Une autre révédication de ces journaliers,c’est le non paiement de leurs jetons pour les réunions du 19 Mai au 21 Mai’’.

 Ces journaliers ont travaillé dans cette régie pendant douze ans. ‘’ Nous y sommes restés dans l’espoir d’être un jour embauché. Mais les choses ont mal tournées’’, reconnait avec regret Luc Musombo. Pour les journaliers,cette régie engage les membres des familles des autorités.

Directeur Provincial de la Regideso,David Pelo explique, ‘‘l’engagement  est le monopole de l’Etat lui-même. Je  ne reçois que des instructions venant de la hiérarchie.’’

Pour Me Dieudonné Mvuezolo de signaler que ‘’ l’article 40 du code travail stipule que lorsque les travailleurs ont presté au jour le jour ; le nouvel engagement conclu sur une période de deux mois est réputé comme un contrat de travail en durée indéterminée.’’  Pour lui, leur droit a été violé. Cependant, un des journaliers reconnaît qu’ils n’ont pas presté au jour le jour.

Le Vice-Gouverneur qui les a calmé les a rassuré que ce problème sera inscrit au Conseil des Ministres de ce vendredi.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.