Boma : prostituées, indésirables

Partagez
une prostituée tabassée/Infobascongo

une prostituée tabassée/Infobascongo

Accusées d’être à la base d’assassinats, vols, escroquerie…les prostituées de Boma à 120 km de Kinshasa  sont devenues indésirables. Les habitants les traquent, les tabassent, les tuent.

 

 

‘’Deux professionnelles de sexe ont été tuées le lundi dernier à Boma’’, signale un rapport se trouvant à la Mairie. Accusées d’être à la base notamment des assassinats, c’est elles maintenant à qui ce sort est réservé. Selon Nana Mbungu, une journaliste, cette situation se vit depuis qu’une rixe a éclaté entre  une prostituée, son client et Jean Nlandu, un habitant de Mbangu, un quartier populeux de Boma. Le feu que ce dernier avait allumé dans le but de cuire ses briques avait fait disparaître l’obscurité empêchant une bananeraie de servir ‘’d’hôtel’’.

Les SOS de Nlandu a attiré du monde et la colère a gagné les habitants qui se ruent désormais sur elle. Les maisons qu’elles louent sont désormais saccagées, elles sont tabassées, des bouteilles sont introduites dans les organes génitaux 

Nombreuses à Boma où l’argent circule beaucoup grâce aux opérations portuaires, des prostituées qui généralement viennent de Kinshasa sont souvent vicieuses, elles se font parler d’elles. Elles roulent dans la farine leurs clients.  ’’Elles les endorment avec des produits soporifiques, usent de subterfuge pour les escroquer …ce avec, l’appui des jeunes garçons qui les surveillent qu’elles y parviennent’’, accuse une femme qui pointe parmi elles, des épouses des militaires.

Face à la chasse dont sont victimes ces femmes qui pratiquent ‘’le plus  vieux métier du monde’’, elles sont allées trouver refuge à la Mairie. ‘’ Sécuriser-nous’’, imploraient-elles jurant que, elles n’y sont pour rien. D’ailleurs, une d’entre elles regrette que,’’ des intrus gâchent leur marché par ce comportement’’.

Maire de Boma, Marie Josée Niongo a demandé à la population de ne pas se faire violence. Des prostituées sont en détention à la prison centrale de Boma et celles qui ont connu des coups et blessures sont admises à l’hôpital général de référence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.