Mbanza-Ngungu : de bonnes variétés qui haussent le rendement des maraîchers

 

 

 
 
Récolte pomme de terre/Bruno Kitiaka

Récolte pomme de terre/Bruno Kitiaka

Grâce au bon choix des variétés de la pomme de terre, les maraîchers de Mbanza-Ngungu à 215 Km de Matadi viennent de réaliser une bonne performance cette saison. Cette culture les nourries.

Dans la vallée de Loma où un bel hangar a été construit, de gros tubercules de pomme de terre sont exposés. Mêmement sur des étals non loin du Tribunal de paix de cette ville. D’aucuns croient que c’est des pommes de terre importés. Que non ! C’est le fruit  des semailles des maraichers de Mbanza-Ngungu.

Il y a près de trois ans, seules des pommes de terre à faibles calibres étaient perceptibles sur le marché à Mbanza-Ngungu. Le progrès qui s’observe encore en  cette saison culturale est du à l’encadrement de Horticulture périurbaine(Hup), un projet financé par le Fonds des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture(Fao).  Il a contribué à hauteur de 70% pour l’achat de 10 tonnes de semences importées de la Belgique lesquelles ont été distribuées à 27 organisations paysannes.

Aliment destiné à une certaine classe sociale, la pomme de terre est mangée à la fois  bouillie, grillée et donne différents sous-produits.

Variétés performantes

‘’  Les variétés Atlas, Tebina et Pamina viennent de donner un rendement de près de 200 tonnes de pomme de terre’’, renseigne un rapport du projet Hup. Pourtant, l’année passée,’’20 Tonnes d’autres variétés n’ont donné que 300 tonnes’’.

Blondine Yukula qui a semé 250 Kg vient de récolter 2 tonnes et demi de pomme de terre, elle est visiblement  contente : ‘’ Nous avons réalisé un résultat impeccable. Nous le devons à notre encadreur, l’Ingénieur Bruno Kitiaka’’, dit-elle reconnaissante. Pour Blondine, l’expertise de ce responsable du projet Hup a permis de faire le bon choix des semences auprès de la ‘’ Maison Larielle’’ de Belgique. Et d’ajouter :’’je ne suis pas pressée de vendre mes produits. Car, j’ai la garantie qu’avec sa qualité, je n’enregistrerai pas de pourritures’’. Elles ont été résistantes aux maladies si bien que les paysans n’ont  pas eu à recourir aux pesticides.

Les maraîchers qui vendent le Kg à 1300fc (1,3 $) en gros et à 2000fc (2$) en détails scolarisent leurs enfants, construisent des maisons, développent d’autres activités.’’ Vous ne pouvez vous imaginer notre joie. Cela nous motive à faire mieux’’, a déclaré l’un deux.

D’autres maraîchers avouent aussi avoir obtenu 100% de rendement grâce à ces semences doublé de la pratique de bonnes méthodes culturales qui leurs ont été enseignées.

Pour l’Ir Bruno Kitiaka,’’sa joie est de voir les conditions de vie de ces paysans s’améliorer, le Bas-Congo se développer’’.

Le dédouanement de ces semences a notamment bénéficié du soutien de Simon Mbatshi, le Gouverneur.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.