Matadi : l’égalité homme-femme dans les entreprises loin de la réalité

Matadi : l’égalité homme-femme dans les entreprises loin de la réalité
Partagez

forum des femmes /infobascongo

Les femmes des entreprises de Matadi, capitale du Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa ont échangé dans la salle des réunions de la Société commerciale des transports et ports(Scpt) ex Onatra sur l’égalité homme-femme dans le mileu du travail. La Situation n’est pas fameuse. Cependant, un effort doit aussi être mis sur la  compétence.

‘’Il faut que la femme soit compétente, elle doit se former dans des domaines clés pour se faire valoir dans les entreprises’’, a conseillé Louise Marie Maluzeyi, Inspecteur formation à la Scpt. Elle a fait savoir qu’à la Scpt, les femmes ne sont intéressées le plus souvent qu’à étudier la bureautique que l’on peut même apprendre chez soi au lieu d’étudier le marketing, le management…

A l’instar d’autres femmes, elle a démontré que d’énormes efforts sont à fournir pour atteindre l’égalité des chances Homme-femme.  Il n’y a que 20 cadres à la Stpc sur 1350 femmes, à la Société générale de surveillance ex Occ Matadi, il n’y a qu’’une seule femme haut cadre contre sept homme…

‘’ La femme ne recevra pas ce qu’elle veut si elle ne sait  auprès de qui s’adresser  et donc si elle ne s’informe pas pour accroître son savoir’’, a renchéri Modero Nsimba, Ministre du travail sidéré de remarquer que personne ne connaissait son nom au complet encore moins les portefeuilles à sa charge.

Chef de la division provinciale de la Mission des nations-unies pour la stabilisation du congo (Monusco) et point focal du genre, Maria Souley Touré qui, elle entrain de faire un bon parcours aux côtés des hommes grâce à ses compétences a exhorté la femme à se battre. ‘’Ne laissez pas l’homme vous discriminez, revendiquez ’’, leurs a-t-elle conscientisées les invitant à être électrice et candidate aux élections. Ces dernières ont accepté de signer la pétition des femmes de la Rd Congo sur la révision de l’article 13 de la loi électorale qui ne consacre pas la parité à l’opposite de l’article 14 de la constitution. Pour que cet article soit revu, il faut 100.000 signatures.

Les femmes ont demandé à Emilie Nsansi de l’Institut du travail d’afrique central(Itac), égalité chance homme-femme d’être aussi leur interprète auprès de leurs employeurs.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.