Bas-Congo : séminaire pour assurer un rapatriement volontaire digne des refugiés Angolais

Bas-Congo : séminaire pour assurer un rapatriement volontaire digne des refugiés Angolais
 
 
 
 

Acteurs étatiques en séminaire/Infobascongo

Sous peu, la Rd Congo en partenariat avec l’Angola et le Haut commissariat pour les réfugiés(Hcr) va rapatrier  volontairement les réfugiés Angolais vivant notamment au Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa. Pour permettre que cela se fasse selon les normes, le gouvernement Congolais par le biais de  la commission nationale de rapatriement (Cnr) forme les acteurs Etatiques. La première phase a commencé hier vendredi avec ceux des districts des Cataractes et Lukaya dans la salle de Lamba à Kimpese.

Venus en masse en Rd Congo, beaucoup de refugiés Angolais ont déjà regagné leur pays. Selon le Hcr,’’les refugiés Angolais sont estimés aujourd’hui en Rd Congo  à 79.000 ’’. Ils y sont depuis 1961  d’abord à cause de la guerre  de l’indépendance faite au pouvoir colonial Portugais. Quatre autres vagues des refugiés s’y sont ajoutés en 1975,1992 ,1999 et 2001. Ils se sont installés au Bas-Congo, Bandundu, Kasai-Occidental, Katanga et Kinshasa.

Début juin, le gouvernement Congolais a signé dans le cadre de la recherche des solutions durables l’accord tripartite avec l’Angola et le Hcr en vue du rapatriement volontaire et organisé des refugiés Angolais vivant en Rd Congo. Pour que cela se fasse corectement, la Cnr implique les territoriaux, la Direction générale des migrations, l’Agence nationale des renseignements, la police aux frontières, la Direction générale des douanes et accises…  ‘’Puisqu’ils doivent être rapatriés dans les conditions de dignité et de sécurité, il nous appartient de traduire en actes les responsabilités qui incombent à notre pays’’, a  conscientisé la Secrétaire permanente du Cnr. Vice-gouverneur du Bas-Congo, Deo Nkusu a demandé aux participants,’’ de faire preuve de responsabilité pour que les obligations de l’accord tripartite soient respectées’’. Il s’agit : de l’accès libre dans les zones des réfugiés, les facilités douanières, la libre circulation du personnel impliqué dans le rapatriement, l’assouplissement des formalités d’immigration aux points de la sortie frontalière, l’absence de toutes formes de tracasseries et abus à la frontière…

La même formation se tiendra à Matadi et à Boma dès la semaine prochaine.

Le rapatriement volontaire est annoncée pour avant fin septembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.