Bas-Congo :la non effectivité de la rentrée dans les écoles publiques soulagent certains parents

Bas-Congo :la non effectivité de la rentrée dans les écoles publiques soulagent certains parents
Partagez
 

une salle de classe vide/ Photo Infobascongo

La rentrée des classes 2011-2012 prévue pour ce lundi n’a pas été effective au Bas-Congo, au sud-ouest de Kinshasa. Mécontents de la réponse du gouvernement à leurs revendications, les enseignants des écoles publiques ont refusé de toucher à la craie. De leur côté les parents non payés ont retenu leurs enfants à la maison.

Ce matin de lundi 10h!  Aucun élève à la cour de  Tutomesa, une école primaire publique de Matadi à 365 Km de Kinshasa. Pourtant, c’est à cette heure que se recréent généralement les écoliers. Les portes des salles de classes sont cadenassées. ‘’Les administratifs sont présents mais il n y a pas d’enseignants. Certainement, les écoliers ont senti que le climat n’est pas serein voilà pourquoi ils ont brillé par leur absence. ‘‘, a dit Dianzenza Luwenda, le Directeur.

Même situation  Mbanza-Ngungu, Boma… ‘’ Quelques élèves étaient présents dans les écoles mais leurs enseignants ne se sont pas présentés.’’, a constaté un habitant de Boma à 120 km de Matadi. .

Pour cette rentrée,les enseignants ont revendiqué : ‘’ la gratuité effective de l’enseignement de la 1ère à la 6ème année primaire, la paie du 2ème pallier du barème salarial de Mbudi, la suppression de la prise en charge des enseignants par des ménages déjà pauvres…’’

Pour une rentrée des classes sans heurts,le gouvernement a annoncé hier sur les antennes de Radio télévision nationale congolaise,’’ qu’un accord a été signé avec tous les syndicats et que 6.000.000.000 Fc (65.217.391 $) ont été décaissés pour tous les enseignants pendant trois mois.’’  Pour ce faire Maker Muangu, Ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel a invité les enseignants à démarrer avec les cours. ‘’Faux’’, rétorque Simon Nsilulu, Secrétaire provincial de Syndicat des enseignants des écoles conventionnées catholiques et affiliées qui signale que toutes les revendications sont restées lettre morte.

Une grève qui sauve

Au Lycée Vuvu-Kieto où la présence des enseignants a été manifeste, les élèves se sont fait rare. Leurs parents non payés les ont retenus à la maison. ‘’ Je ne vois comment envoyer ma fille à l’école car, je n’ai encore rien acheté pour elle faute d’argent’’, regrette une travailleuse au gouvernorat de province qui signale qu’elle n’est pas encore payée.

Les parents d’élèves qui étudient dans des écoles publiques eux aussi, non payés, se consolent de cette grève. ‘’ Heureusement qu’ils ne veulent pas enseigner sinon, comment aurai-je pu envoyer mes enfants à l’école ?’’, se réjouit une mère.

Demain, les enseignants tiennent une assemblée générale devant la commune de Mvuzi à Matadi.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*