Matadi : élections : controverse autour de l’Alliance des Bâtisseurs du Kongo

Matadi : élections : controverse autour de l’Alliance des Bâtisseurs du Kongo

François Kimasi/photo Infobascongo

Parmi les difficultés rencontrées au Bureau de Réception et de Traitement des candidatures (Brtc) de Matadi  à la clôture des opérations, il y a celles liées au dépôt des candidatures de l’Alliance des Bâtisseurs du Kongo (ABAKO). Pour cause : la dispute de  la présidence de ce parti politique.

‘’Si nous sommes encore entrain de travailler jusqu’à cette heure, c’est à cause de la confusion au sein de l’Abako’’, se plaint Bodis Ntsasa, le président du Bureau de Réception et Traitement des candidatures (Brtc) de Matadi à 365 km de Kinshasa. Pendant qu’il avait déjà enregistré les candidats de ce parti politique, aile Président Anatole Matusila, une autre liste a été introduite en faveur du Président François Kimasi. ‘’Nous nous sommes référés à notre hiérarchie qui nous a autorisé à enregistrer le deuxième groupe’’, explique Bodis Ntsasa.

Pourtant, la loi électorale stipule en son article 19,’’un parti politique ne peut utiliser un symbole ou un logo choisi par un autre parti politique ou regroupement.’’

Depuis 2006, la présidence de l’Abako qui était reconnu à Kimasi est disputée par des dissidents. Quatre ans plus tard, le Tribunal de grande Instance de Kalamu et Tribunal de paix de Ngaliema à Kinshasa ont reconnu Anatole Matusila comme président. Du coup, la partie adverse est allée en Appel.

Confusion

Cependant sur la liste des partis politiques du 5 septembre 2011 signée par Adolphe Lumanu, Vice-Premier ministre et ministre en charge de l’Intérieur, la présidence de l’ABAKO est attribuée aux deux protagonistes. ’’C’est du jamais vu ça. L’autorité judiciaire a tranchée en ma faveur. Le Procureur nous a dit que c’est incongru. Peut-être, c’est parce que je n’ai pas encore pris l’option de voter pour Kabila. On ne va pas baisser les bras’’, a dit déterminé Kimasi. Ce que réfute la partie adverse. ‘’Il n’a jamais gagné le procès. C’est de l’intox’’, accuse Kayinua, le chargé de la communication de l’ABAKO, aile Matusila.

Un Avocat qui a requis l’anonymat apaise : ’’c’est un réel contentieux mais qui connaîtra son issue à la Cour Suprême de Justice’’.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.