Matadi : la Saint Sylvestre sera dure pour beaucoup de travailleurs

Matadi : la Saint Sylvestre sera dure pour beaucoup de travailleurs
Partagez

Les travailleurs du Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa risquent de passer une fête de fin d’année sombre. Non payés pour la plupart et n’ayant reçu que de maigres vivres, ils sont déçus.

Les membres des cabinets ministériels, du gouvernorat de province, les fonctionnaires de l’Etat …n’ont pas été payés. ‘’Comment vais-je m’y prendre avec les enfants ?’’, se demande triste un membre d’un cabinet ministériel. Une n’a acheté aucun vêtement pour ses enfants.

 Au Bas-Congo comme ailleurs dans le pays, la fin d’année est l’unique occasion pour certains parents de vêtir leurs enfants. ‘’Sans argent, je ne saurai pas les calmer ’’, larmoie-t-elle presque. Comme cette femme, beaucoup d’autres parents de la province ne savent à quel saint se vouer. Autre difficulté que pose le manque d’argent est que, les familles auront difficile à boire de la bière, un soda… Cependant, la situation risque d’être pire. Le colis traditionnel de fin d’année constitué généralement du riz et du poulet n’est pas au rendez-vous dans certaines entreprises. Là où il est présent, il n’est que modique. A la radio télévision nationale congolaise, chaîne provinciale, l’Etat a remis aux agents que peu de sacs de riz. Du coup, ils n’ont reçu que 3 kg par famille. Dans d’autres services, ils ont reçu moins de 3 kg et un poulet. Certains doivent se partager un poulet à deux. Les agents du gouvernorat et les membres des cabinets ministériel qui généralement bénéficient d’un sac de 25 kg n’ont regagné leurs maisons qu’avec la moitié. ‘’Vive le social’’, lançait un agent avec une pointe d’ironie.

Selon un membre du gouvernement provincial ’’le gouvernement central n’a pas envoyé de l’argent.’’

Bonne situation à l’assemblée

Un Sac de riz, un carton de poulet et une rame de Thomson ont été remis au personnel de l’assemblée provinciale. Ce qui constitue le double de ce qu’ils ont toujours reçus. ‘’ Nous n’avons aucune inquiétude pour la fête’’, se réjouissait une dame avec pointe d’ironie devant sa copine qui travaille au gouvernorat. Outre ce colis de fin d’année, ils ont reçu une avance sur leur salaire. Un chauffeur de taxi qui reconnaît que c’est à pareille moment qu’ils font recette car, ils sont souvent sollicités par les travailleurs pour évacuer leurs colis est formel : ‘’Il n’y a plus de différence entre nous et ceux qui travaillent dans les sociétés.’’

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*