Camp Redjaf de Matadi : ’’A cause de la promiscuité, il ya trop de violences sexuelles dans ce camp’’

Camp Redjaf de Matadi : ’’A cause de la  promiscuité, il ya trop de violences sexuelles dans ce camp’’

Sensibilisation sur les violences sexuelles au camp Redjaf à Matadi/Infobascongo

A cause de la promiscuité au camp militaire redjaf de Matadi à 365 K M de Kinshasa, plusieurs cas de violences sexuelles sont enregistrés sur des filles de moins de 18 ans. C’est ce qui a poussé RCN, justice et démocratie à consacré ce samedi à la sensibilisation des familles militaires qui y habitent.

Au camp Redjaf, en plein cœur de Matadi, les conditions de vie de certaines familles militaires sont rude .Leurs maisons vétustes surpeuplées sont parfois séparées par de simples rideaux .leurs lieux d’aisance font entrevoir ceux qui s’y rendent. ’’A cause de la promiscuité, il ya trop de violences sexuelles dans ce camp’’, affirme maitre Noël Kabeya responsable de projet.

Selon docteur Marie Kabeya de l’hôpital du camp Redjaf’’ sur 10 cas par mois enregistrés pour la consultation prénatale ,8 ont moins de 18 ans et celles que nous consultons pour d’autres maladies ont été défloré dès 11 ans ‘’.

La loi de 2006 sur les violences sexuelles, stipule que’’ … toutes relations sexuelles avec une fille de moins de 18 ans avec ou’ sans consentement est une violence sexuelle ‘’Les violences sexuelles observées au Camp Radjaf ont notamment pour conséquence d’agrandir les familles militaires. Car, ces filles mères continuent de vivre sous le toit parental.

Magistrat à l’auditorat militaire de Matadi,Apollinaire Ngozi a conseillé: ‘’Même si vous devez sortir pour vous débrouiller en vie de compléter le maigre solde de vos époux pensez à l’encadrement de vos enfants .‘’ ’’Il n’y a pas que chez nous que de situation du genre se produisent. Même à la cité, c’est autant’’, s’est justifié Marie Kanambe.

Cependant, certaines femmes pensent que leurs responsabilités est grande dans la lutte contre ces violences sexuelles.

Il y a deux semaines ce genre de sensibilisation, Rcn l’a aussi organisé au camp Efatbl de Mbanza-Ngungu dans les Caractes et Kitona à Muanda dans le Bas-Fleuve.

Par Hélène Sodi,Stagiaire

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.